RSS

Chien… veut changer de nom

1 mars 2012

Non classé

Voxpopuli : 

Notre chien est bien pensif, il avance la queue entre les pattes, il a le regard dissimulé. Craintif, avili par les hommes, il erre dans les rues, la campagne, il fuit à la moindre menace.
Subrepticement, il inspecte l’environnement avant de s’engager, son flair s’est, au contact de la menace, développé à un degré si élevé qu’à des kilomètres, il peut sentir l’haleine de son grand ennemi : le chacal. Maltraité de tous, chassé par les femmes, les hommes, malmené par les enfants qui le traitent de chien et parfois de chien galeux, il ne peut plus souffrir ce nom. Il en a marre, il ne veut plus de ce nom, il ne veut plus être le souffre-douleur de la ferme, de la rue. Il sort de la ville, il quitte l’exploitation, il va loin à la recherche de son destin, il veut conjurer ce mauvais sort. Il veut se débarrasser de cette malédiction qu’il a héritée de son père et de sa mère. Il est prêt à braver tous les dangers, il est devenu téméraire, il attaque la forêt seul sans compagnon, il cherche un grand juge, il cherche le roi, le seul qui peut décider et qui peut lui fournir le titre qui le fera échapper à cette vie de «chien». Notre chien s’enfonce dans la jungle, le moindre crie le fait tressaillir, il avance les oreilles pendantes, inertes organes pour échapper au bruit de la forêt. Voulu le silence dans lequel il plonge. Il n’y a aucun son qui arrive jusqu’à ses tympans. Bouché à l’émeri, il va d’arbre en arbre pisser sa peur et chercher un avenir meilleur. Il passe devant tant de grands prédateurs qu’il ne voit, guidé par l’épouvante qui le traîne, il va au-devant de l’inconnu. Chien pénétrant dans forêt déjà signalé au roi qui donna instruction de laisser passer l’insignifiant animal. Flair et autre sens mis en veilleuse par la phobie, mené non pas par le nez mais plutôt par la queue, il marche en sinuant et en s’adossant aux arbres à chaque mouvement d’air. Il est loin de tout, il est loin du monde, il est loin de cette insulte millénaire insupportable. Anathème est son nom qu’il ne veut pas mériter mais qu’on lui colle malgré lui. Chemin faisant, il rencontre un petit lapin qui lui fait lancer un aboiement dont il a peur à l’instant même. Il se blottit, se met à jacasser devant si maigre lapin. Le lapin, fort de la présence du roi de la forêt, bomba le torse avant de poser la question à Chien… que fais-tu dans ma forêt ? Tête basse, queue entre les pattes, corps complètement courbe, chien sans majuscule bredouille un mot puis une suite d’autres mots sans intonation, incompréhensible langage confus que sa majesté du haut de son trône interpréta comme étant une simple quémande. Le lapin se retira pour laisser le lion interroger le chien aventurier. «Que veux-tu, chien ?» Le chien tomba, il s’aplatit, il s’efface de devant le seigneur roi de la forêt. Il s’efface complètement pour éviter d’être vu par celui qu’il est venu pourtant consulter. Le chien se met à japper, il se met à ramper jusqu’à agacer le grand souverain des lieux. Un rugissement fait fuir tous les animaux des alentours à l’exception du chien et du petit lapin – le protégé du lion –. Le chien, non content de pisser, lâcha la grosse. «Quelle est cette puanteur, dit le lion ? C’est toi chien qui t’es laissé partir dans mon royaume ? Tu veux quoi, dis-moi, et éloigne-toi de ma vue, mets-toi de côté, je ne peux souffrir ta face de chien». Le chien présenta sa demande que lit à haute voix le roi. «Mon bon roi, je veux que vous me changiez de nom. Je ne veux plus de cette insulte, tout le monde me traite de chien, de sale chien, de chien galeux et j’en passe.» «Alors tu veux changer de nom, dit le lion. Tu sais que ce n’est pas facile, il te faut mériter le nouveau nom que tu choisiras toi-même. En attendant, je te confie ce gigot de viande pour la nuit. Tu ne dois pas le manger. Il ne t’appartient pas, tu me le rapporteras demain matin.» La nuit est longue, plus longue que les précédentes car la torture que lui inflige le parfum de la viande est insupportable. Le chien ne put dormir, il n’arrête pas de se tourner, de se retourner. Il dort sur le ventre les yeux rivés sur le beau cuisseau. La tentation grandit à chaque instant, il finit par y goûter et se dit que : «Le lion ne s’apercevra de rien. Voilà, ce n’est quand même pas pour un petit morceau que le lion va m’en vouloir. Je vais manger un autre morceau.» La nuit s’allonge de plus en plus, l’odeur du gigot lui chatouille ce nez que subitement le flair envahit. L’odorat se redéveloppe et reprend sa fonction première. Le malaise est grand, le supplice devient un véritable enfer et le défaut chien plonge sur la viande. Il n’en reste que les os qu’il rapporte au roi : «Alors chien, où est le gigot ?» «Bon roi, je suis désolé, je l’ai mangé. J’avais trop faim et il était tellement bon que je n’ai pu me retenir. C’est la vérité, veux-tu me pardonner et m’annoncer le nom que tu as choisi pour moi ?» Le roi lion regarde le chien un long moment avant d’annoncer sa décision : «Tu es chien, tu ne pourras jamais être autre chose. C’est le nom que tu mérites, tu ne changeras jamais et tu ne peux porter autre nom que celui que tes ancêtres ont choisi depuis la nuit des temps. C’est ton peu d’honnêteté, le peu de scrupules et ton comportement qui te valent ce nom. Disparais de ma vue… chien !». Miloud Chorfa (A chacun ses mérites) 

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/03/01/article.php?sid=130967&cid=49

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux