RSS

Etre «Président» ! par Belkacem AHCENE DJABALLAH

1 mars 2012

Non classé

Le poste de président de la République (ou de Chef de l’Etat) est le plus haut poste de la hiérarchie des décideurs. Dans tous les pays du monde, du plus démocratique au plus autocratique. 

Y arriver n’est pas une mince affaire, et il faut passer par des épreuves connues des seuls initiés des affaires du «pouvoir profond». Aux Etats-Unis d’Amérique par exemple, que l’on soit noir, blanc ou rouge ou jaune, nul ne peut émerger s’il n’émarge (lui et ses promoteurs ou protecteurs) sur les registres (multiples, au moins deux, le démocrate et le républicain) des cercles… du «complexe militaro-industriel». En France, sur les registres (multiples, au moins deux, le socialiste et le libéral) des cercles… du «complexe médiatico-financier». En Algérie, sur le registre (unique…et c’est une tradition bien ancrée depuis 62 ) de la «famille révolutionnaire»… élargie, depuis les années 90, au complexe… osons le mot, «politico-affairiste». Dans certains pays en développement terriblement bananiers, sur le registre des copains de caserne ou des camarades d’école ou de lycée, quand ce ne sont pas les fils, les frères, les gendres ou les cousins de la tribu… Encore que cela ne paie plus !

Mais, heureusement, il y a le reste des postes présidentiels.

D’abord, le poste de Pdg. Président-directeur général ! Très convoité et ce pour plusieurs raisons : Au niveau du contenant, il charrie avec lui tout un lot d’avantages et de phantasmes. D’abord, Président… comme le Président, et ce n’est pas peu, puis Directeur, ce qui vous donne le droit de commander (les gens et les biens…et chez le traiteur du coin) sans partage, et surtout, surtout, G.é.n.é.r.a.l. Ni major, ni de corps d’armée, mais tout de même Général.

Au niveau du contenu, c’est du «trois en un» garanti pur délice, surtout si vous êtes à la tête d’une entreprise économique ou commerciale publique qui a des ressources et qui n’est visitée par les contrôleurs de la tutelle que tous les 36 du mois.

Ensuite, le poste de simple président. Tout y passe. Djib bark ! Organisation, comité, association, club, parti politique, tout est bon.

Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, c’est une course effrénée au poste de Président. Pas Secrétaire général. P.r.é.s.i.d.e.n.t ! On ne sait pas exactement pourquoi tout le remue-ménage. Certains observateurs assurent que c’est parce que PRESIDENT cela sonne bien et que, devant le naufrage des entreprises publiques économiques et industrielles dont il ne reste plus rien à «plumer», entraînant du même coup la dévalorisation du titre de DG, on se rabat sur un titre désormais très coté au «top» des postes d’(ir-) responsabilité, presqu’intouchable.

D’autres avancent l’existence d’ un virus issu de «l’air du temps»… le tintamarre médiatico-politique qui accompagne et suit les multiples élections ayant, en quelque sorte, contaminé les gens. La «présidentialite» aigüe ! Une incurable maladie.

Depuis près de dix ans donc, on se bat comme des chiffonniers pour le poste de Président… même si cela n’est fait que d’«emmerdes», de coup bas et d’ «enfants dans le dos».

Les luttes les plus sanglantes ont commencé d’abord au niveau des APC et, étonnant, pas au niveau des APW. Problèmes de terrain (s) plus fertile (s) ?

Ensuite, elles se sont propagées pour toucher les associations et autres Ong, tout particulièrement celles dites nationales, les gens ambitieux boudant généralement les associations de proximité où, après avoir démarré à douze, on se retrouve au bout de quelques mois seul à gérer, tout en étant critiqué.

Il n’y a pas une association nationale ou organisation qui n’ait eu ses «redresseurs» voulant chasser le président en poste.

Enfin, et c’est le «must» des postes présidentiels, il y a la course pour les postes de Présidents d’un club, sportif… si possible au sein duquel le football est roi.

Mais, depuis peu, avec l’annonce des élections législatives (et la ré- ouverture du champ politique), la nouvelle loi électorale, l’augmentation des postes de députés…et l’augmentation des salaires et primes y afférentes, c’est au tour des partis politiques.

Contentons-nous du sport, le champ le plus labouré ! On a vu (et on) voit donc de tout dans le starting-block : des anciens joueurs, des soit- disant anciens joueurs, des anciens ministres, des «fils de famille» escrocs, des escrocs à la recherche d’une famille, des limonadiers, des marchands de voitures, des généraux et des colonels à la retraite, des vendeurs d’eau, des entrepreneurs, des syndicalistes, des médecins, des charlatans, des transporteurs,… des émigrés, des «double-nationalité», des fonctionnaires en poste, des promoteurs immobiliers, des fonctionnaires retraités, des vieux, des tout jeunes, des businessmen, des syndicalistes, des banquiers, des hommes d’affaires, des affairistes, des ex- députés,… tous porteurs d’espoirs (ceci dit pour les supporteurs et pour le comptable du club)… mais tous dévorés par l’ambition… de réussir à transformer un club (ou, demain, un parti politique), peut-être minable, en Champion ou en détenteur de la Coupe d’Algérie…et, pourquoi pas de la Coupe des clubs champions (arabes c’est mieux et c’est bien vu, africains, ça l’est un peu moins, mais c’est à prendre). Du même coup, on est à la Une des journaux, au JT de 20 heures… et… et, pourquoi pas, grâce à la foule, admirative des succès enregistrés, et que vous «contrôlez bien», pour ne pas dire «manipulez» quand il le faut, surtout en phase de succès, on peut se permettre bien des caprices : menacer de partir, démissionner, revenir sur sa décision, menacer de boycotter, exiger, fustiger les instances nationales, insulter les arbitres, virer les entraîneurs au moindre pépin, bloquer la circulation, saisir les instances internationales, devenir député ou sénateur (pour l’immunité pour ce qui concerne les «voyous» infiltrés ou exfiltrés)… on peut se rapprocher des «grands décideurs» …et, sublime conquête, du «grand Sachem». Les retombées sont alors multiples car vous faites partie, désormais, de la nouvelle classe (???) des personnes influentes dans ce pays. Si ce n’est pas votre fortune et vos affaires locales qui s’en trouveront grandement améliorées, ce sera, certainement, peut-être, si vous avez un dos bien souple et une amulette d’on ne sait quel «zaouia», une carrière politique qui vous ouvrira les bras : député, sénateur au minimum… et, pourquoi pas, ministre, ambassadeur, représentant au sein d’une organisation internationale… Ce qui est sûr, et c’est ça le plus important, vous serez de toutes les mondanités, de toutes les fêtes… et, surtout, couvert par une immunité certaine, de tous les «coups». Les grands et les petits. Les tordus et les bas. En attendant la prochaine «réforme» ou le prochain «redressement»… ou les prochaines élections.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux