RSS

L’escargot entêté De Rachid Boudjedra

2 mars 2012

Rachid Boudjedra

Paru le :14/11/1985
Editeur :Gallimard
Collection :Folio
ISBN :2070376869
EAN :9782070376865
Nb. de pages : 160

Quatrième de couverture

Un fonctionnaire de cinquante ans, dans une grande cité d’Afrique du Nord, est chargé de l’extermination de cinq millions de rats. Tâche obsédante à laquelle s’ajoute la manie de noter des écrits intimes, secrets, sur des bouts de papier. Mais un escargot imaginaire et obsédant va faire irruption dans sa vie, comme pour le détourner de ses deux passions : la dératisation et l’écriture.
Fable politique du sous-développement qui traite avec humour des fantasmes d’un bureaucrate dépassé par les problèmes inextricables d’une ville.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Une réponse à “L’escargot entêté De Rachid Boudjedra”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    L’ escargot entêté

    La folie prend plusieurs visages dans l’ oeuvre de Boudjedra. Ainsi dans L’ Escargot entêté elle est de type névrotique et atteint un commis de l’ État au service de la dératisation qui a pour mission d’assainir la ville. L’ extermination des rats qu’il veut mener d’une manière scientifique (« abandonner les anticoagulants et utiliser un mélange de poisons rapides et des poisons fumigènes. Je connais la recette. Cette fois-ci j’emploie les grands moyens. D’un côté une addition d’alphachloralose, de strychnine et de phosphore de zinc, de l’ ANTU, de composé 1080e de sulfate de thallium. De l’ autre, une addition fumigène de bromure méthylique, d’acide cyanhydrique, de monoxyde de carbone et de cyanure de calcium pulvérisé… fébrilité des grands jours ») reste à l’ état de projet d’autant qu’il se prend d’affection pour les rongeurs alors au moment même où il se sent harcelé par un minuscule escargot.

    Le récit, à la fois « fable politique » et pamphlet, définit un triple espace où l’ univers des origines s’ enchevêtre avec celui de l’ étranger pour féconder l’ univers hybride du narrateur. Sa renaissance dans le carnavalesque, issu de la coexistence à la fois pacifique et corrosive de deux mondes antagonistes ouvre le chantier d’une écriture conflictuelle où s’ épanouit la langage ironique au nom de la parole libre, faussement censurée, comme en témoignent les énoncés gnomiques tels que: « La tête du chauve est proche de Dieu », « On ne cache pas le soleil avec un tamis », « Le fils du rat est un rongeur »…

    La sphère des origines hautement revendiquée par le narrateur qui s’ écrie comme pour se convaincre « Je suis Arabe et je le reste », est marquée d’indices de la vie quotidienne arabo-musulmane et porte le sceau de la culture populaire – le texte est émaillé de proverbes. Mais elle s’ enveloppe des caractères de la société moderne occidentale qui impose elle aussi son patrimoine mythologique et scientifique: « Onan (…) Dieu le fit mourir pour le punir de ce péché ». « … Ce qui se passe chez les Grecs me laisse indifférent, les présages arabes me suffisent amplement. Donc cette signification chez les anciens Grecs me laisse froid »…

    La coprésence de ces deux mondes incite le narrateur au choix d’une appartenance culturelle et invalide à la fois un tel choix car chaque énoncé qui rappelle une parcelle de l’ identité du même subit la distorsion que lui inflige la volonté ironisante de l’ écrivain qui, tout en revendiquant sa personnalité, s’ en détache simultanément. En final, l’ emprisonnement de « je » dit la perte de l’ illusion de désaliénation et suggère la nécessité d’assumer la blessure identitaire.

    L’ absurde et le fantastique qui envahissent le texte sont aussi produits par l’ écriture « gastéropode » qui adopte l’ expression litotique, « l’ art d’effleurer » et celui de la dérobade. Il faut aussi ne pas ignorer les élans poétiques qui se manifestent presque par effraction dans l’ oubli de la censure de tout lyrisme:

    C’est l’ automne. Profusions végétales. Protubérances arborescentes. Avec le halo des lampes et la vitre embuée, le jardin est une fantasmagorie prodigieuse. Et poussant dans ma tête des milliers de bégonias, fissurant mes neurones à en éclater dans la turbulence vibratoire et touffue d’un état d’âme minéralisé. Nageoires en forme de fleurs.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux