RSS

BILLET Les feux de l’amour, Amara Benyounes et Aït Ahmed.

4 mars 2012

Didi Baracho

BILLET  Les feux de l’amour, Amara Benyounes et Aït Ahmed. dans Didi Baracho les-feux-de-l-amour-3-300x140

Détails
Publié le Vendredi, 02 Mars 2012 20:19
Écrit par Didi Baracho

Par Didi Baracho

Hier soir, alors que je fêtais la victoire des Verts devant la Gambie, en compagnie de H’mida Layachi et d’Anis Rahmani, les deux journalistes qui, chaque matin, inspirent les éditorialistes de CNN, Amara Benyounès est venu nous rejoindre. Cela dit, le bonhomme n’était pas très en forme. Il avait visiblement le cafard. Au départ, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un problème grave que lui auraient causé les Indigènes, mais en fait, il était rongé par les feux de l’amour. 
Il resta silencieux un bon moment, essuyant de temps à autre les larmes qui coulaient le long de ses joues, mais sans cesse relancé par mes questions indiscrètes, Amara Benyounès a fini par craquer. Il eut une crise de larmes et s’époumonera en pleurs : « Personne ne m’aime ! ». Je lui servis alors un scotch pour essayer de le calmer. C’est là qu’il m’apprit qu’il sentait qu’il n’était plus le chouchou des généraux M. dit T. et T. dit B. « Je crois qu’ils vont me quitter », me dira-t-il. Selon lui, ces derniers lui préfèreraient désormais Aït Ahmed. Je me suis dit que c’est certainement cette pie de Daho « El Haffa », expert en commérages, qui a du lui monter la tête. Ou encore Bouteflika himself qui aime les histoires de masseuses de bain maure. Allez savoir !
« Mais moi, je les aime ! », s’écriera-t-il entre deux sanglots. Pendant que je le prenais dans mes bras pour le consoler tout en lui caressant le dos, mais sans arrière pensée, il rajouta « en plus Dda l’Hocine va les manipuler. Il a décidé de participer aux élections pour faire tomber le système. Cet homme est infidèle, je le connais ! ». Et là, il s’en alla à dénigrer son désormais rival en me rappelant toutes les aventures qu’a pu avoir Aït Ahmed depuis l’indépendance avant de conclure : « c’est un briseur de couples. Depuis qu’il est revenu, je n’intéresse même pas Gaïd Salah ». Amara était tellement mal que j’avais peur qu’il fasse une tentative de suicide. Je lui ai conseillé d’aller voir un psychiatre, mais il répondu « Non ! Je n’ose pas ! Lui, c’est moi qui l’ai trahi. Il ne me reprendra jamais ! ». Voilà ! On est vraiment dans de sales draps et je l’avoue : je ne comprends vraiment rien à l’amour. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes !

didi.barachodz@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux