RSS

A quoi va servir un député en 2012 ? par El Yazid Dib

8 mars 2012

Non classé

Le pays va encore se paver d’une assemblée nationale. Des partis naissent, d’autres s’excitent. Les listes s’affolent et les commissions boudent. Peut-on, à la limite, provoquer publiquement la question d’à quoi va servir le député du 10 mai 2012 ? 

A bien représenter les citoyens. À défendre leurs intérêts sociaux et politiques. A utiliser sa lourde bourse financière pour les œuvres de bonne charité. À s’éloigner du wali. A ne pas picoler à toutes les cantines gratuites. A éviter le cholestérol des banquets étatiques. A faire taire la grogne émeutière des électeurs. A bien lire et relire les projets de lois et mâcher l’éventuel amendement. A ne pas, dès la première invite du perchoir, lever la main, sans oser quelquefois lever le petit doigt. Que nenni !

Il est de constance que ces gens là siègent à Alger, y crèchent, y discutent et faisaient de la figuration au sein de (l’amphi) théâtre où les principaux rôles ne sont détenus que par ceux, en dehors de la scène, qui les ont mis en orbite. Le spectacle est national tant la tragédie dans l’attente de l’être n’est encore que régionale.

Certains d’entre eux, avaient la tache du moins au FLN de coprésider les commissions pour fermer et entériner les listes des candidats. Ils se limitaient dans le temps à faire inscrire les parents et les beaux-parents. Maintenant ce sont eux même qui se candidaturent. Ne parlaient point des conflits qui rongent leur cité au moment où, candidats consommés ou en cours; ils excellaient dans la reproduction du constat néfaste qu’ils promettaient une fois élus, de renverser. Changer les choses pour eux, c’est le faire pour les autres. Certes tout est renversé, même la structure ménagère ou l’indigence mentale dans laquelle ils semblaient baigner sans dire mot. La bonne rétribution par la grâce d’un trésor public mis à contribution sait faire boucher les luettes et clouer les becs. La réduction justement de ces faramineuses indemnités annoncée par DOK, était la meilleure façon d’ameuter les gens vers les urnes. Sans elle, le monde dit, que l’on ne va pas quand même applaudir à une autre infamie d’injustice salariale.

Le député qui se projette en ce début de mandat va certainement servir aussi à hanter les couloirs miteux et luxueux, porter des cravates neuves ou usées, jamais de chapeau même sous les pires tempêtes ou tornades nationales et pour d’autres, rares et sélectifs, à faire guise d’enfants terribles et contestataires. Les dernières intempéries ont bien marqué l’absence criarde de ces élus du peuple laissant une administration parfois dépassée à faire aussi le rôle de l’assistanat et de la représentativité populaire. Néanmoins, il se trouve que des parlementaires hors mandat agissent au mieux du faisable pour le compte de la démocratie, du sens politique et du fonctionnement de l’Etat… Les meilleurs députés dans ces neiges n’étaient autres que les sapeurs pompiers hélas éclipsés par d’autres. Chapeau bas !

Le poste que procure la députation n’obéit à nulle circonspection si ce n’est celle de savoir à quelle caisse de retraités, dans cinq ans ; faudrait-il piocher les arrhes et les dividendes engrangés par l’occupation d’un siège dans le cénacle des automates goinfres et faméliques ? Le président par le biais des reformes qu’il suscite devrait, dans ses usuelles admonestations brisant l’os dur des tabous et sorties inédites oser dire ; à quoi va servir le député de l’échéance 2012 ? Hélas c’est un ingrédient vital pour l’existence d’une démocratie rendue impérative. A cette date là, à partir du 10 mai par principe ; nous aurons une assemblée plus claire, plus transparente et moins affairiste disent les intéressés. Semblable à celles qui l’ont précédées, acquise et ligotée affirment les plus sceptiques. Elle aura cette auguste assemblée au moins le courage de pouvoir après tant d’années de mutisme et de folles compromissions de filtrer la friperie, de faire le contrôle de la finance publique, d’auditionner, d’enquêter et de tirer au clair les dessous des scandales et des remous politiques et finalement de se tenir debout, même en ayant les mains toujours levées, estiment les autres. Comme dans une fatiha. Monsieur Louisa Hanoune, car la bonne dame a plus de cran viril en la matière pour avoir appelé voilà des lustres la disparition personnelle de cette mauvaise législature. Coriace, elle stigmate les contours d’une nouvelle composante à base réellement sociale et non uniquement partisane. Pourvu, aussi que chez elle ; un peu de ménage soit fait. La fratrie doit disparaitre de chez elle. Les candidats à cette joute électorale ont bien commencé la danse du charmeur. On les regarde un peu partout. Dans la distribution des logements, lors des visites du wali. Encore ils ont brillé par leur déficience dans la neige et la mauvaise météo. Voilà qu’ils réapparaissent sur les ondes et les plateaux maintenant ouverts à tous.

Dans ces prochaines élections nous allons voir se défiler dans des listes soumises profusément à nos yeux des hommes, des anciens et des nouveaux, mais aussi avec certitude beaucoup de femmes. Cette armada de personnel dans leur majorité, professionnel dans la fonction candidature va changer autant de camp selon les saisons politiques et les alternatives climatiques. Les anciens d’entre eux passent, se hissent et se meurent dans un anonymat au bord de l’ingratitude. Ministres, walis, sénateurs ou députés, maires, ils finiront tous par abdiquer à la déchéance qui les guette au tournant des alliances politiques ou aux virages inévitables de la nature. Comme ils ont pu faire, de la disgrâce des autres, une distraction forcément payante, ils feront à leur tour, à l’avantage de l’amnésie, de belles victimes «marginalisées» et forcées à la traversée du désert.

La course aux sièges parlementaires, la hargne d’obtenir des fauteuils ministériels ou l’envie chatoyante d’être juché au perchoir de l’APN ou du Sénat n’épargnent personne. L’affichage d’ambitions osées ne se fait plus dans l’opacité du système, il se fait au contraire dans l’embrasement, la clarté et avec précision. Qu’une personne n’ayant pu avoir une posture nette face au redressement qui fissure son parti, ex-ministre, membre à tous les comités puisse oser se prévaloir comme potentiel meneur de liste, il ne reste qu’à mettre les clés sous le paillasson de l’amnésie. Dormons jusqu’à ce que réalité s’ensuive! L’on entend encore parler de ces ex qui viennent forcer la main pour une candidature. Que font encore ces momies du FLN, qui aspirent à demeurer des eternels députés et membres du bureau politique ? Ni Ain-Sétif, ni Ain El Khadra, ni autre contrée n’ont besoin de leur arrivée d’Alger juste pour déposer un dossier. L’on n’arrive point à feindre à chaque coup une population ni à leurrer une opinion publique à chaque échéance. L’on vient chez soi, si l’on est ministre dans la peau d’un futur candidat, l’on déplace avec, des projets et on offre un bout de l’Etat en guise d’arrhes. Puis on se marre, on se rappelle ses origines et on repart. Ils poussent l’affront jusqu’à devenir des triple-dimensions. L’une est une terre natale, l’autre un lieu de résidence, la dernière une Kasma de candidature. On ne peut pas représenter une chose ou une population si on ne l’a vit pas. Quand on n’a pas subit le mal on ne peut exprimer la douleur. On ne peut pas être mandataire d’une région qui seulement vous a vu naitre. Il fallait y vivre dans la rigueur hivernale, la boue des ruelles, l’obscurité des taudis.

La mémoire pour certains «bachaghas» embur¬noussés imposés, ayant fait la triste épopée du tristement célèbre mouhafedh n’est pas le miroir de leur population. Elle n’est que le reflet de leur passion en somme toute infinie ou un raccourci de bouton pour prendre vengeance à l’égard des caprices de l’histoire. Ils ne pointeront jamais aux annales de leurs cités. La population n’aura pas à s’en souvenir. La différence dans l’intimité d’un souvenir ne se situe-elle pas dans l’intervalle qui sépare l’amnésie de la distraction? Que Belkhadem qui agit dans le bon sens partisan contrairement à ses détracteurs, s’en excuse n’est pas une fin en soi. ( imposant le tête de liste de Sétif en 2007). Pourvu que l’erreur commise ne se répète pas autrement, sous un autre nom de ponte et d’apparatchik. Laisser de grâce la ville à ses enfants, la liste à ses fideles. Si la loi organique sur les partis ait pu prendre à sa charge presque tous les éléments constitutifs d’un scrutin chatoyant et limpide, elle n’a pu épandre son aura sur tous les angles de la question. Il s’agit en fait du mandat de la députation. Les partis sont ainsi mis à contribution pour la confection des listes de candidatures. Cela reste encore insuffisant. Il fallait y adjoindre une disposition légale, faisant obligation à tout candidat à la députation, la jouissance préalable d’un mandat électif local. Ainsi le futur député ne viendra pas perdre son temps dans un apprentissage qu’il aurait fait en pré-requis déjà auprès d’une collectivité locale élue. Même si le mandat de député est censé être national, rien n’aurait empêché le législateur de le puiser parmi ceux et celles qui ont eu à donner du leur d’abord chez eux, au sein même de leur ville, douar, arch.

En fait de stratégie pour des horizons lointains, il demeurera constant de remarquer l’absence de toute approche tendant à élever les partis en structure aspirant doléances et attentes pour devenir en phase de développement ; de véritables réceptacles de soucis et de préoccupations. Ils ne sont avec l’agrément en cours d’une foultitude de sigle que des articulateurs sans ancrage dans la scène politique nationale. Le besoin en est plus que primordial pour agrémenter la démocratie, fut-elle de façade. L’objectif étant de canaliser la masse distinctement et selon un programme et non une idéologie vers un front de défense d’intérêts communs suivant une certaine méthode politique à partager par l’ensemble des sujets.

Malheureusement l’euphorie qui a accompagné l’affluence vers l’accouchement d’associations qualifiées à caractère politique suite à la permission constitutionnelle de 1989, n’eut pas le résultat escompté. L’installation durable et efficace dans la société. Le seul profit que justement cette «société» ait pu tirer ce fut l’action participative à l’édification juste organique d’une démocratie dont les rebords à ce jour ne sont pas distinctement appréhendés. Tout était perçu à la mode perestroïka. Au moment où l’on croyait balayer un système ; l’on aurait permis à un autre plus virulent, tenace et perspicace de s’installer confortablement.

Si l’assemblée est un mode de gestion communautaire des affaires publiques, toujours en vogue depuis l’humanité; elle a été toujours objet d’enjeux. C’est sa composante humaine qui lui donne les mauvaises nuances et lui cause le rejet. Tout dépend de ceux qui vont agiter son souffle. L’on a vu des assemblées insipides, amorphes à la limite d’une armée composite de fonctionnaires. Obéissants, loyaux et bien complaisants. Même le pluralisme politique n’eut pu leur ôter cette fausse hégémonie entretenue bec et ongle par un système trop tendu. Cet effectif doit par le biais des partis, cadrer avec les aspirations décisionnelles du président de la république, qui dans une lettre dédiée à la journée du chahid le 18 février courant souhaitait que «les prochaines joutes doivent être un succès tant pour l’électeur que pour l’élu». Il en est de même pour le discours d’Oran, du 24 février où Bouteflika, redécouvrant toute sa verve insistait au plus haut de ses vœux que cette législature soit un différent début révolutionnaire. Un autre premier novembre. Ceci dénote, politiquement une volonté rectiligne à aller de l’avant. Le président s’est personnellement projeté dans cette mandature. Il veut un taux record de participation.

Mais le souci des électeurs n’est pas ; aller ou ne pas aller voter, il est cependant suspendu à savoir sur qui voter ? Sur quelle personne porter son choix, quel que soit son parti ? Ah !si l’on votait sur une personne et non sur une liste ! Un stylo et un bulletin à cocher auront plus de crédibilité. Ainsi le vœu populaire en est émis. Voir des députés capables, désintéressés par la bourse et la vie, servir et non se servir, enrichir la légalité et non s’enrichir, éviter la compromission, ne pas trahir la confiance mise en eux, rendre compte aux citoyens, ne pas cautionner l’injustice, la hogra, le népotisme.

Pour l’opération de vote, dans son volet fichier électoral ; le reflexe demeure amplement bureaucratique. Que monsieur le ministre de l’intérieur sache, que les APC font fuir les jeunes recrues au premier vote. Votre serviteur en est paternellement témoin. Son enfant qui va avoir 18 ans à la date du scrutin s’est vu, pour une inscription si comme il était entrain de cavaler pour un concours, un logement ou un lot de terrain. La partie était au coude-à-coude. La chaine pagailleuse, les heures périssables de bureau, la durée négligeable de la révision exceptionnelle des listes, les coupons exigés ont fait d’une obligation (s’inscrire) une mission ardue mais citoyennement quasi-accomplie… par médiation. Bref. D’ici cette date, l’on attend avec impatience ce que nous mijote comme menu les différentes formations politiques. Les cuisines en ces moments sont entièrement à branle-bas le combat. A défaut de bons plats, nous nous contenterons d’aller voter et s’abstenir de faire commande au menu présenté. Ainsi le taux de resto-participation sera sans complaisance ni tromperie ; fortement exceptionnel. Des menus ; dépendra notre rassasiement.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux