RSS

S. Hessel, Abdou B…et bien d’autres : s’indigner, c’est déjà résister ! par Belkacem AHCENE DJABALLAH

8 mars 2012

Belkacem A. DJABALLAH

Les journalistes (et des diplomates) ont été, bien souvent, de grands «écrivants», disant (ou faisant) l’Histoire de la société au quotidien, mais bien peu ont été de grands écrivains. Ils s’y lancent certes… mais rares sont ceux qui continuent sur leur lancée ou leur premier succès, tant il est vrai que la «drogue» de la presse (et de la diplomatie) est tenace, ne laissant ni répit, ni place à la fiction. 

Ils sont bien plus heureux dans les essais et les réflexions sociétales grâce à leur vécu. C’est, peut-être, ce qui les rend encore plus dangereux (les uns en fonction, les autres en retraite, la seule grande différence). Ils passent leur temps à s’indigner et à résister. Car ils en ont trop vu ou entendu.

Le paysage médiatique algérien est truffé de toutes ces capacités. Le paysage diplomatique, chez nous, pas encore. Quelques rares cas cependant : Meghlaoui, Bousselham…

Hélas, l’écrit, malgré certaines avancées du livre et de la presse, reste encore loin des espérances, le large lectorat, celui qui fait les «best-sellers», restant encore demandeur d’une «littérature» n’allant pas toujours dans le sens du développement et du progrès. Les «souks el kalam» et les «radars» et autres «périscopes» dominent… ce qui n’est pas une maladie, à dire vrai. Aujourd’hui, au niveau des classes de lycées et des amphis, très peu d’étudiants (pour ne pas dire d’enseignants aussi) peuvent vous citer trois ou quatre noms d’écrivains algériens (ou étrangers) contemporains, ou d’ouvrages nationaux récemment publiés ou de journalistes ayant «commis» des œuvres journalistiques et littéraires. Quant aux idées véhiculées, on peut toujours attendre !

Heureusement, les écrits restent. Et, bons ou mauvais, il faut y revenir constamment. Pour ne pas laisser l’unanimisme et la médiocrité intellectuelle s’installer durablement. D’abord, et surtout, re-lire ou re-visiter – sans oublier les vivants – ceux, indignés et résistants éternels, qui sont «partis» pour toujours : Fanon, Dib, Haddad, Mammeri, Mimouni, Yacine, Teguia, Benheddouga, Ouettar, Lacheraf, Boucebci, Mahmoudi, Boukhobza et tant d’autres… La liste est déjà très longue, trop longue pour notre si courte histoire littéraire.

Abdou B. est décédé il y a peu. Journaliste dès le biberon…, il a été un éternel indigné : «Résistant» de la fin des années 80 au sein du MJA, mouvement presque à l’origine d’octobre 88, gestionnaire concrètement réformateur de la télévision publique au début des années 90. Il a écrit des centaines, voire des milliers de «papiers» dans la presse. Il a abordé moult sujets. Mais, il a, aussi, produit ces dernières années deux œuvres qui résument sa pensée (et son action).

D’abord, une analyse du paysage médiatique national. Ses conclusions sont ce que l’on retrouvait hebdomadairement dans ses chroniques. D’un réalisme fou : «Le pays se caractérise par une inflation – que rien ne justifie – de quotidiens du matin» … «Une question : d’où vient l’argent pour des publications à l’évidence peu rentables…» «L’ouverture de l’audiovisuel, domaine réservé, semble ne pas avoir trouvé un consensus satisfaisant au sommet de l’Etat».

D’un scepticisme sans détour (pour le cinéma, surtout, mais à notre sens, ceci peut être élargi aux autres médias) : «On peut, à longueur d’année, rédiger des lois sans aucun avenir, s’il n’y a pas les bases matérielles et financières privées à même de créer de A à Z une industrie du film… s’il n’y a pas l’afflux massif des spectateurs – consommateurs… et des milliers de salles, à la mesure de la superficie du pays et du nombre de jeunes qui hantent les rues.»

Ensuite, une courte mais lumineuse contribution dans un ouvrage collectif : Mortelle conclusion ! Pour une bonne partie valable encore de nos jours.

«Enumérer les dégâts causés par l’incompétence, l’indifférence coupable, l’absence d’une forte volonté culturelle novatrice ouverte sur les sons, les couleurs et toutes les expérimentations ouvertes sur le monde et le siècle, ne servirait à rien. L’omniscience de petits appareils n’est plus à démontrer (…). Nos meilleurs créateurs sont exportés et expatriés (…). Dans six ou vingt ans, une génération viendra à ne pas honorer nos tombes tout en contribuant comme les jeunes de 2009 à vivre le monde et la culture des autres, par procuration, par la magie inventée par les autres, transportée vite et bien par Internet et ses «coupures» spasmodiques, son «débit» grabataire, et par l’antenne parabolique qui canalise le plus grand nombre vers le domicile, faute de ripailles culturelles quotidiennes…»

Sans commentaires. Tout y est !

Stéphane Hessel, 96 ans au compteur de la vie, lui, est un résistant français de la première heure contre les nazis, un diplomate ayant participé à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948, un ambassadeur de France… et, un militant en faveur de l’indépendance de l’Algérie… et de la Palestine («c’est ma principale indignation» assène-t-il, ce qui ne lui a pas valu que des sympathies sur les plateaux des télés et dans certaines rédactions européennes qui ont tout fait pour l’épuiser, à force d’invitations, et le «démonter» publiquement. En vain), a «commis», à 93 ans, un pamphlet, «Indignez-vous !». De manière non violente, dans les limites de l’acceptable, ai-je cru comprendre, contre, surtout, le pouvoir de l’argent… qui «n’a jamais été aussi grand, insolent, égoïste, avec ses propres serviteurs jusque dans les plus hautes sphères de l’Etat». Un credo : «le motif de la résistance, c’est l’indignation». «Contre tout. Car, l’indifférence est la pire des attitudes». Il a été largement entendu juste après ! Même dans les pays arabes les plus dictatoriaux.

Abdou… Hessel… et les autres… même combat : l’indignation permanente ! La résistance continuelle ! Le bonheur d’une vie en phase avec la conscience. Car, on sait (pas tous, hélas) que la résignation et le fatalisme n’ont jamais inventé la roue, ni la science, ni la démocratie, ni la musique, ni quoi que ce soit.

Abdou… Hessel… et les autres : on se souviendra très longtemps d’eux et de leurs indignations qui ont généré, parfois sans que l’on s’en rende compte, des résistances, puis des changements. Le progrès, c’est ça.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux