RSS

BILLET Le psychiatre part, mais les fous sont toujours là !

11 mars 2012

Didi Baracho

BILLET  Le psychiatre part, mais les fous sont toujours là ! dans Didi Baracho psychiatre-300x239

Détails
Publié le Vendredi, 09 Mars 2012 12:05
Écrit par Didi Baracho

Par Didi Baracho

Branle bas de combat depuis hier au ministère de la Défense, mais aussi à l’Intérieur, chez Daho « la magouille », à la Présidence, à la DGSN, à Dély Brahim chez les généraux M. dit T. et T. dit B. et dans tous les bars et toutes les mosquées algériennes. 
Les malades mentaux, les maniaco-dépressifs, les déficients psychologiques, les alcooliques anonymes, en kaki ou en djellaba, les frustrés sexuellement ainsi que les obsédés sexuels, les hommes violés, les baltaguias du samedi matin, les Renseignements généraux, les schizophrènes chroniques, les kleptomanes multirécidivistes des Douanes, les amnésiques du ministère du mercenariat et de la mémoire nationale défaillante, dit ministère des Moudjahiddines, les anciens psychopathes repentis du GIA, de l’AIS, du FIS.Et d’’un autre côté Aït Ahmed, le directeur de l’école privée de Lausanne qui forme les politiques professionnels, Amara Benyounès, dit Hadj Bettou, l’affairiste agréé par le DRS, Seddik Chihab, la forme la plus humanisée de la race canine agissant au sein du RND, Abdelaziz Belkhadem, le playboy de la mouvance islamo-conservatrice et Abou Djerra Soltani, l’amiral de la pêche en méditerranée.
Et enfin, mes amis, Anis Rahmani et H’mida Layachi, les deux journalistes que nous envient A

didi%20baracho_200_200 dans Didi Baracho

RTE et ses émissions culturelles ainsi que Lounès Guemmache qui sait presque tout sur l’Algérie et sur les Indigènes grâce à son réseau 3G relié à la Centrale de Ben Aknoun.
Tout ce beau monde est en émoi. Les détraqués n’ont plus de psychiatre. Même si le cabinet psychiatrique reste ouvert, le Docteur passe la main. Le geste est assez rare pour déstabiliser tous ceux qui pensent qu’un psychiatre, qu’un général ou qu’un président sont éternels.
Autour de quelques bouteilles de vin et de milliers de comprimés de Valium, achetés au noir à Amara Benyounès, j’ai réuni, à la salle Ibn Khaldoun, tous ceux qui souffrent de névrose obsessionnelle ou phobique pour les rassurer et leur prescrire un traitement spécifique. Certains se sont immédiatement mis à insulter le psychiatre. Ah oui, il va leur manquer. C’est la raison pour laquelle, je leur ai notamment conseillé de se trouver un autre souffre-douleur et, surtout, d’exiger la démocratie, car le plus grave, ce n’est pas d’être fou et d’insulter le psychiatre. Le plus dangereux dans une société serait d’insulter le psychiatre et d’applaudir les fous. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes !

didi.barachodz@gmail.com

http://algerie-express.com/index.php/billets/666-le-psychiatre-part-mais-les-fous-sont-toujours-la-?tmpl=component&print=1&layout=default&page=

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux