RSS

A la recherche de Marcel Proust

17 mars 2012

Rachid Boudjedra

Rachid BoudjedraEl Watan : 07 – 06 – 2006

Il est de bon temps de parler de Proust et de sa recherche, dans les salons mondains, mais en fait, peu de gens ont osé affronter ce texte-fleuve dont les imbrications, les enchevêtrements et les affluents donnent le tournis.
Considéré comme un texte décadent et mondain, La recherche du temps perdu est plutôt une analyse sensitive, poétique et sensuelle de la fin du XIXe siècle et de la naissance du XXe siècle. Il est aussi le miroir qui reflète la mort définitive de l’aristocratie française en pleine décadence et dont Marcel Proust peindra les avatars et les aléas, avec beaucoup de finesse, d’humour et un peu de nostalgie. Sans en avoir l’air, Marcel Proust stigmatise cette classe qui ne se rend même pas compte des énormes transformations sociales qui se sont déclenchées en France : naissance d’un prolétariat organisé, installation de l’idéologie socialiste et surtout le surgissement de la Première Guerre mondiale qui va dévaster l’Europe et qui fera des millions de morts. La Recherche est donc une chronique raffinée, érudite et poétique d’un monde qui s’en va et d’un monde qui arrive. Elle intuitionne le XXe siècle et annonce ses circonvolutions et ses crises. A travers des personnages farfelus mais lucides et conscients de leur prochaine disparition, le roman invente des techniques nouvelles et révolutionnaires et décrypte le temps avec une minutie et une rigueur exemplaires. C’est un roman impitoyable qui remet en cause la lecture étriquée et passéiste de l’histoire et les techniques littéraires qui ont dominé le XIXe siècle. Certes, Marcel Proust va récupérer Flaubert et son incroyable Bouvard et Pécuchet, mais il innovera en profondeur la façon de regarder le monde, en devenant un peintre qui remet en cause et l’espace et le temps. La narration linéaire va mourir avec Proust et la mémoire comme fondement de l’œuvre littéraire va devenir une technique incontournable. Marcel Proust dira à ce sujet : « Ecrire, c’est se souvenir. » Ainsi toute écriture n’est qu’une impression. Au moment où Proust commence à écrire, plusieurs phénomènes vont apparaître : la photographie, le cinématographe, la relativité en physique et surtout l’intrusion dans le champ culturel et artistique de la révolution picturale. L’expressionnisme allemand, en particulier, qui va donner naissance à de nouveaux types de peinture : l’impressionnisme et le cubisme. Sans oublier les différentes inventions mathématiques et la révolution d’Euler. « Tout est sorti de ma tasse de thé : l’informel et le formel ; la ville et les jardins ; les personnages et les natures mortes ; toutes ces choses-là sont sorties de cette thèse de thé. Et c’est en trempant une simple madeleine dans cette infusion que j’ai découvert le monde ; un monde de souvenirs. » En 1974, Serge Doubrowsky va écrire La place de la madeleine dans lequel il insiste sur le rôle de la madeleine et du goût de la madeleine dans l’œuvre de Marcel Proust. La madeleine, c’est le goût de l’enfance qui va remonter du plus profond des personnages proustiens pour élaborer une nouvelle littérature et surtout, dans le cas de Proust, un nouveau roman. Ecrire, chez Proust, c’est faire l’amour. Ne dit -on pas dans le langage populaire : tremper sa madeleine, pour dire faire l’amour ? Avec Proust, le roman abandonne la psychologie pour la psychanalyse. Cette thèse est d’autant plus intéressante que nous savons que chez Ibn Arabi écrire, c’est avoir un rapport sexuel. Seulement Ibnou Arabi avait 7 siècles d’avance sur les thèses psychanalytiques et les rapports fondamentaux qui existent entre l’art et l’Eros et le Thanatos freudiens. Dire cela aujourd’hui paraît presque simpliste, mais le dire il y a plusieurs siècles, c’est autre chose. Presque sans le savoir, Marcel Proust a introduit la modernité dans le roman. Mais ce qui est surprenant, c’est que certains écrivains d’aujourd’hui continuent à ignorer ces nouvelles conceptions proustiennes. Ce qui explique, peut-être, que l’auteur de La Recherche n’a été traduit en arabe que tout récemment !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux