RSS

Un peu de sagesse dans un monde de fous Par Kader Bakou

18 mars 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

Les deux récentes vagues de froid ont privé d’électricité des dizaines de milliers de foyers dans deux départements français. En Suisse, un car, transportant des élèves belges, a percuté le mur d’un tunnel dans le canton du Valais provoquant la mort de 28 personnes, dont 22 enfants d’une douzaine d’années. 24 enfants ont été également blessés dans cet accident de la circulation qui s’est produit mardi dernier. 
Ni en France ni en Suisse, les gens ne sont pas sortis dans la rue pour «protester». Si l’accident de car s’était produit chez nous, le premier réflexe «pavlovien» ou «panurgien» que certains auraient eu, c’est celui de fermer le route à la circulation et «revendiquer» ensuite quelque chose comme par exemple, la pose d’un dos d’âne ou d’une plaque de signalisation. Il est quand même curieux que certains aient attendu la crise mondiale et ces temps de troubles à travers le monde pour vouloir «vivre mieux», et sautent sur la première occasion pour «protester». Dans le monde du travail, les revendications sont du genre : «grève illimitée jusqu’à la revendication totale de toutes nos revendications». Un peu partout, on revendique quelque chose. Le moyen, c’est souvent la violence, sous prétexte que le «pouvoir n’écoute que ceux qui usent de la violence». Les ultimatums sont du genre : «Nous voulons tout, tout de suite, sinon on va tout casser.» Il n’y a pratiquement que le «matérialisme» qui mobilise les gens, et on a vu le petit nombre de gens qui ont répondu à l’appel à un sit-in pacifique afin de demander le classement de la maison de Margueritte Taos et Jean El-Mouhoub Amrouche, comme patrimoine national. «La violence est mauvaise et injuste d’où qu’elle provienne», comme l’affirme Jean-Paul Sartre. Dans un film américain, on a vu comment le pasteur Martin Luther King répondait à ceux qui lui disaient qu’il faut répondre à la violence par la violence : «Je ne m’abaisserai jamais au même niveau que mes ennemis.» Martin Luther King a aussi déclaré : «La paix n’est pas simplement un but éloigné que nous cherchons, mais les moyens par lesquels nous arrivons à ce but.» Pour Albert Camus : «La paix est le seul combat qui vaille d’être mené. Ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernants, (vers tous les leaders politiques), l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison.» Le peuple wolof (Sénégal, Gambie) considère que la paix (sociale et autres) est plus importante que tout, car sans la paix, le paradis ne serait plus le paradis tandis qu’avec la paix, l’enfer ne s’appellerait plus l’enfer. Pour Gandhi, chacun de nous, par ses actions, devait être le changement qu’il souhaiterait voir dans le monde. Aussi, explique-t-il, la vérité, la non-violence et la lutte pour leur succès étant un tout indissociable, trahir un aspect de cet ensemble, c’est trahir son idéal tout entier. «C’est une erreur de croire qu’il n’y ait pas de rapport entre la fin et les moyens, et cette erreur a entraîné des hommes considérés comme croyants à commettre de terribles crimes. C’est comme si vous disiez qu’en plantant des mauvaises herbes on peut récolter des roses», fait remarquer le Mahatma. Aussi et toujours selon Ghandi, la fin est dans le moyen comme le fruit et dans la semence. Le but est dans le chemin (que nous empruntons pour arriver à ce but). La fin ne doit jamais justifier les moyens, sinon nous sommes comme ceux que nous sommes supposés combattre.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/03/18/article.php?sid=131673&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux