RSS

La terre d’Algérie libre Par Kader Bakou

19 mars 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

On frappe à la porte. Le propriétaire va ouvrir. C’est un homme de type européen qui vient de frapper à la porte de cet appartement situé dans un quartier de l’ouest d’Alger. «Je viens de France. Je suis d’une famille de pieds-noirs et nous avons habité cette maison avant 1962. Ma mère, qui est à l’hôtel, voudrait visiter cet appartement où elle a vécu jadis… avec votre permission, bien sûr…» L’Algérien est d’accord. Le lendemain et à l’heure convenue, le Français est revenu, accompagné de sa mère et de sa femme. 
Voilà, ils sont dans l’appartement où ils ont vécu jadis et ils sont, visiblement, très émus. Après avoir visité toutes les pièces, ils sortent sur le balcon pour admirer la mer «comme au bon vieux temps». Après une discussion amicale autour d’un café, c’est l’heure de partir. Tous les quatre décident de se retrouver et d’aller dîner ensemble dans un restaurant d’Alger. «Je viens vous prendre à l’hôtel avec ma voiture, puis on ira dîner dans un restaurant de la Pêcherie», propose l’Algérien. Ainsi, c’est presque par hasard qu’ils se retrouvent le lendemain à Sidi Fredj au début de la nuit et décident d’entrer dans un restaurant du port de plaisance. Comme la veille, on discute de tout et de rien, tout en évitant les questions qui fâchent des deux côtés. Le repas est succulent et le Français avait commandé une bouteille de vin qu’il était presque seul à boire. Contre l’avis de sa mère et de sa femme, il commande une deuxième bouteille de «ce merveilleux vin d’Algérie». «Vous voyez, c’est là, dans la presqu’île de Sidi Ferruch, que le corps expéditionnaire français a débarqué en juin 1830», fait remarquer l’Algérien. C’est, peut- être la goutte qui a fait déborder le vase. Le Français, maintenant ivre, devient agressif mettant dans l’embarras les deux femmes toutes confuses et qui lui demandent tout le temps de mieux se comporter avec leur hôte algérien qui les a accueillis chez lui avec hospitalité. «Qu’est-ce que vous ressentez, vous qui habitez dans une maison bâtie par quelqu’un d’autre et qui, donc, ne vous appartient pas ?» demande le Français après avoir vidé sec un dernier verre de vin rouge.
- Si aujourd’hui je débarque en France sans visa et sans papiers et que je construis une villa sans autorisation sur la côte d’Azur, l’Etat français va-t-il me donner cette villa ?» demande, de son côté, l’Algérien.
- Non, parce que c’est une construction illicite bâtie par un immigrant clandestin… et la loi l’interdit formellement», répond le Français.
- En effet, c’est une construction illicite, tout comme votre ancienne maison en Algérie : elle a été construite sur une terre algérienne qui ne vous appartient pas…»
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/03/19/article.php?sid=131714&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux