RSS

Il répond aux écrits de Ali Kafi et Amar Benaouda Ould Kablia défend la mémoire de Abane Par : Salim Tamani

20 mars 2012

GUERRE D-ALGERIE

Actualité

Mardi, 20 Mars 2012 10:00

Le président  de l’Association des anciens du ministère  de l’Armement  et des Liaisons générales (MALG), Daho Ould Kablia, a réfuté, hier  à Alger, qu’Abane Ramdane, un des responsables de la Révolution algérienne, ait tenté de négocier avec les autorités coloniales françaises à l’insu des instances de la Révolution.

Lors d’une conférence sur les accords d’Évian, animée au siège du ministère des Affaires étrangères, Daho Ould Kablia a indiqué que “le défunt Abane Ramdane n’a jamais cherché un quelconque arrangement avec le gouvernement français à l’insu des instances de la Révolution tel qu’il l’a été suggéré par le colonel Ali Kafi, dans ses mémoires et tout récemment par le colonel Ammar Benaouda”. M. Ould Kablia, également ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, a rappelé, à ce sujet, qu’Abane Ramdane a rencontré, pour la première fois, deux émissaires de Pierre Mendès France, dont l’avocat, René Stibbe, à qui, a-t-il précisé, il avait expliqué que le FLN ne pouvait négocier avec le gouvernement français qu’à travers une délégation officielle française et une délégation algérienne dans laquelle devraient figurer des responsables de l’intérieur et de l’extérieur. M. Ould Kablia a également affirmé que le défunt Abane Ramdane, qui était l’artisan du contenu politique de la Charte de la Soummam (20 Août 1956), avait mis des préalables pour toute négociation avec le gouvernement français, à savoir la reconnaissance du FLN en tant qu’unique représentant du peuple algérien et le droit des Algériens à l’autodétermination et l’Indépendance. Le conférencier a également affirmé que la signature des accords d’Évian constituait “une issue honorable” pour plus de sept ans de guerre de Libération nationale, ayant permis de consacrer les principes énoncés dans la déclaration du 1er Novembre 1954. S’appuyant sur des documents inédits, l’ancien secrétaire général de la direction de documentation et de recherche (DDR) du ministère de l’Armement et des Liaisons générales a mis en avant le rôle de la cellule technique du MALG, installée en Tunisie, pour renforcer la position de la délégation algérienne lors de ces négociations. Il a fait, dans ce cadre, la lecture d’une note qu’il avait lui-même préparée pour le chef de la délégation algérienne, le défunt Krim Belkacem, à l’occasion d’une conférence de presse organisée spécialement pour répondre à l’annonce faite par le gouvernement français pour une trêve militaire unilatérale. Il a également cité, à ce sujet, l’apport du MALG à travers les informations recueillies auprès de sources à l’intérieur même des institutions françaises, à l’instar des informations transmises par Salah Bouakouir qui était responsable au gouvernorat d’Alger. M. Ould Kablia a affirmé, en outre, que les négociateurs français étaient “particulièrement” surpris par la teneur des propositions algériennes sur la question du pétrole, des propositions élaborées, a-t-il précisé, grâce au concours de deux assistants d’Enrico Mattei, président directeur général de l’Entreprise italienne des hydrocarbures (Eni). Interrogé sur l’attitude d’hostilité à l’indépendance de l’Algérie affichée par Israël et son soutien aux terroristes de l’Organisation de l’armée secrète (OAS), M. Ould Kablia a cité, à ce propos, le cas de deux officiers israéliens faits prisonniers par une katiba de l’Armée de libération nationale (ALN), dans la région de Laghouat. Il a raconté, à ce sujet, que l’ONU avait contacté le FLN pour des négociations sur le sort de ces deux officiers, une négociation que la France avait catégoriquement refusée, a-t-il indiqué, allant jusqu’à multiplier les opérations de recherche et de bombardement dans les maquis de la région qui se sont soldées par la mort des deux officiers en question, lors d’un bombardement à Béni Smir, au moment où des éléments de l’ALN tentaient de les introduire au Maroc.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux