RSS

BILLET Pour que les tueurs soient mieux considérés.

21 mars 2012

Didi Baracho

BILLET  Pour que les tueurs soient mieux considérés. dans Didi Baracho Boudiaf-300x269Détails

Publié le Mardi, 20 Mars 2012 17:18
Écrit par Didi Baracho

Par Didi Baracho

J’étais en compagnie de mes amis Lounès Guemmache, H’mida Layachi et Anis Rahmani, les trois journalistes que nous envie la revue Détective. En sirotant quelques verres de vodka, un précieux breuvage importé par Aboubakr Benbouzid, nous regardions les chaînes françaises. J’étais frappé par la psychose qui s’est installée dans le pays de celui qui est aussi grand que Bouteflika et je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec ce qui se passe chez nous.
En Algérie, la mort, celle des adultes comme celle des enfants, est une chose anodine. Les tueurs se sont banalisés. Ils sont devenus quelconque. On ne les respecte même plus. On les méprise. On leur parle mal : « Saha khouya le tueur, tu veux me tuer ? Din babak vas y si tu es un homme ! ».
Notre télévision n’évoque même pas les crimes et les assassinats. Un tueur, qu’il soit fou ou sain d’esprit, qu’il roule pour le GSPC ou pour les généraux M. dit T. et T. dit B., qu’il assassine par folie ou par idéologie, n’est pas considéré. Je pense qu’il est temps que le syndicat des tueurs réclame une reconnaissance de ce métier pénible et ô combien difficile.

En France et dans n’importe quel pays où on respecte le métier de tueur, le président se rabaisse à aller voir les victimes, à décréter un deuil national et même à suspendre une campagne électorale. Vous imaginez Daho « la magouille », notre ministre de la marmite intérieure, suspendant la propagande en faveur des élections du 10 mai après un crime ? Vous imaginez un Bouteflika instaurant un plan Vigipirate ? Tout au plus notre président décrètera un plan Vigi-fuite ou le dispositif Ya-Willi-sauve-qui peut ! Ou leur version arabisée « ettag ala mentag ! » ou kabylisée « Tharoulla ! »
Chez nous quand tu te fais tuer dans un faux barrage du côté de Bejaïa, les gens disent : « Mais qu’est-ce qu’il foutait là. Il aurait dû rester chez lui ou aller à Oran ». Même quand le président Boudiaf s’est fait assassiner, on avait dit : « c’est de sa faute, il n’avait qu’à rester au Maroc ». Oui parce que pour les enfants d’Oujda et leurs descendants, au Maroc on ne meurt pas, on naît, on y attire des héros de la guerre de libération pour les assassiner et après on va gouverner l’Algérie.
Je demande donc à Bouteflika d’inviter tous les assassins et tous les tueurs, amnistiés, à la ret

didi%20baracho_200_200 dans Didi Baracho

raite ou en activité, à un cocktail arrosé pour revaloriser leur métier et sceller avec eux une réconciliation définitive. Quant aux victimes, c’est moi qui les invite à suivre scrupuleusement les consignes du plan Ya-Willi-sauve-qui-peut. Et celui qui n’est pas content, je le tue ! Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes
!

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux