RSS

BILLET Bouteflika a peur.

22 mars 2012

Didi Baracho

Détails
Publié le Jeudi, 22 Mars 2012 09:49
Écrit par Didi Baracho
BILLET  Bouteflika a peur. dans Didi Baracho didi%20baracho_200_200

Par Didi Baracho

Aujourd’hui, alors que j’étais dans mon bar coutumier en train de siroter le sang du lion, enfin du vin bien rouge, très rouge même, mon téléphone, dernier cri, importé de Taïwan par les réseaux salafistes, a vibré. Je croyais qu’il s’agissait de H’mida Layachi ou d’Anis Rahmani les deux journalistes que nous envient les tracts clandestins d’Al-Quaïda. Mais non ! Vous ne me croirez jamais, c’était Abdelaziz Bouteflika notre émir – que Dieu l’agrée – qui voulait avoir mon avis sur les événements qui, depuis près d’une semaine, défraient la chronique de l’autre côté de la méditerranée. 
Je dois dire que notre émir était désemparé. « Tu t’imagines Didi, je ne vais plus avoir de visa pour aller me faire soigner en France », me lança-t-il avec des trémolos dans la voix. Bouteflika avait raison. L’autre, l’émir des Français, qui est aussi grand que lui, tant par la taille que par l’esprit, est un caricaturiste primaire qui a tendance à amalgamer, les Mohamed et les Bouteflika. En gros, pour le président français nous sommes tous des Indigènes incapables de savourer un bon Cognac. Il nous croit tous adeptes du couscous boulettes accompagné de petit lait.
Je dois dire que le désarroi de notre émir m’a ému. J’ai donc décidé d’appeler Nicolas Sarkozy que je connais parfaitement grâce à notre ami commun, un certain Abderrahmane Dahmane, un Indigène très bien intégré en France surtout dans le monde des affaires à refaire et des histoires à dormir debout. Bref, j’ai donc appelé Nicolas.
Je dois dire que le président français était dans d’excellentes prédispositions à l’égard de notre émir. « Non, mon cher Didi, me dira-t-il, Abdelaziz est mon ami, il n’a rien à craindre », a-t-il tenu à préciser spontanément. Et là, le président français m’a expliqué qu’il faisait la différence entre les Indigènes et les riches ou encore entre les bicots et les puissants. On ne mélange pas un jeune paumé des banlieues françaises et des délinquants politiques. Rien à voir !
Je me suis donc empressé de rassurer notre émir. Abdelaziz, l’ami de Sarkozy, pourra donc continuer à aller se faire soigner en France. Par contre, je pense que les Indigènes de France ont tout intérêt désormais à venir se soigner en Algérie.
À part ça, je pense vraiment que Mohamed Merah, ce terroriste franco-algérien de Toulouse, mériterait de finir sa vie dans les sous-sols des généraux M. dit T. et T. dit B. Il risque tout au plus un viol collectif, somme toute mérité, mais au bout du compte, je suis convaincu qu’il sera amnistié par notre émir clément et miséricordieux. Mais ça, c’est une autre histoire. Alors, malgré tout, vive les Indigènes !

didi.barachodz@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux