RSS

Parution : Maillot-Imchedallen, essai de sociologie de Tassadit Yacine

le 22.03.12 | 10h00

Parution cette semaine aux éditions Tira de Maillot Imcheddalen, dernier ouvrage de Tassadit Yacine.

Un essai de sociologie et d’histoire, authentiquement sourcé dans une monographie dressée en 1950 sur cette région tampon entre la basse et la haute Kabylie, par l’administrateur de la commune mixte de Maillot. L’anthropologue algérienne s’était employée sur 210 pages à réajuster, à travers le descriptif et les annales consignées par le fonctionnaire colonial, la dimension économique et civilisationnelle de ce qui a longtemps été «un centre d’échange intensément actif» avant que ne surviennent les enfumades, les dépossessions et les déportations perpétrées par les Français. C’était, on s’en rend compte à la lecture du document colonial, un lieu d’interconnexion sur le plan commercial et culturel entre les populations berbérophones et les arabophones montant du Titteri, lieu de passage des ulémas et terre à la fois de tribus ayant enfanté d’érudits religieux et de résistants nationalistes laïques.

Une dimension qui subira le déclin après cette terrible cascade de représailles que le colonialisme a mis en branle pour faire payer l’affront osé par les populations indigènes, qui, avec biens et troupes, ont participé à l’insurrection de 1871. Et un démantèlement qu’achèvera le tribut payé par la Kabylie à l’occupant et qui s’éleva à 5 milliards de francs or, équivalent de l’indemnisation versée par la France à Bismarck après la guerre de 1870 avec l’Allemagne. En réalité, la région, qui, auparavant, avait imposé son autonomie face à la présence ottomane, ne connaîtra jamais de répit face au nouvel occupant. Une récurrence de révoltes et d’associations à toutes les insurrections. L’élan nationaliste lui coûtera cher. Alors que naguère prospère (une tribu, rien qu’une, comptait, à elle seule, un cheptel de près de 2000 têtes), elle ne connut désormais que souffrances et pauvreté. Voilà rendu par l’exploitation faite par Tassadit Yacine d’un document «d’archive», le volume de l’engagement des populations de Mechedellah dans la révolte et la construction nationale.

Une dimension qui, pour l’auteur, «contraste» avec l’image qu’on se fait de la Kabylie de maintenant, «repliée sur elle-même». Ce qui explique présentement «une frustration» des populations pour ce qu’elles ont donné. A noter que le traitement du document exploité est corroboré un tant soit peu par l’interview d’un personnage ayant vécu les événements qui ont secoué la région durant les années cinquante.

Rachid Oussada

© El Watan

,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux