RSS

L’ÉLU , Nouvelle de Tahar DJAOUT

23 mars 2012

EXTRAITS, Tahar Djaout

L’ÉLU , Nouvelle de Tahar DJAOUT dans EXTRAITS tahar-djaout-150x111Vert, le jour que diffuse la serrure de ma chambre. Oh ! un vert -non ce n’est pas une illusion d’optique-, un vert surnaturel comme je n’en ai jamais vu dans mon existence. La lumière est aussi verte sur mes doigts. La seule chose qui reste à déterminer, c’est si je rêve ou non. Mais tout ce que je ressens en ce moment est trop décisif pour que l’hypothèse du rêve soit admissible. D’ailleurs, j’espère ardemment que ce soit un rêve ; car je pressens qu’un évènement catastrophique va bientôt se produire dans ce monde vert.

C’est la fin du monde. Je ne sais pas pourquoi cette hypothèse que j’ai émise il y a quelques minutes pour expliquer cette atmosphère étrange commence à acquérir l’ampleur d’une vérité. J’en suis certain maintenant, c’est bien la fin du monde. Je suis peut-être le seul rescapé. J’espère qu’il y en ait d’autres. Je vais bientôt pouvoir sortir.

Étrange ; le soleil ne s’est pas éteint. D’ailleurs, d’après les astronomes, il ne s’éteindra que dans cinq milliards d’années. Et hier encore l’astre, plus éclatant que jamais, m’avait fait rêver de canicule.

Dehors la lumière est plus criarde. Dès que je sors de chez moi, je suis saisi d’une terreur … oui … mystique. D’où suis-je sorti, déjà ? Je ne peux le dire. Aucune ville n’existe autour de moi. Aucune bâtisse humaine. Ville … À peine suis-je entré dans ce monde sans immeubles, j’ai déjà la nostalgie des villes. Sont-elles donc le plus cher patrimoine des hommes ? Sur cette terre légèrement bosselée où je marche avait, en effet, existé une ville. Quel est son nom déjà ? Oui, je m’en souviens maintenant. Alger. Alger qu’on aime faire suivre d’adjectifs fort poétiques et fortflatteux. Je les ai tous oubliés, hormis un seul, celui qu’on emploie d’ailleurs si souvent que le nom de la ville a failli former avec cet adjectif un nom composé. Alger la blanche. La couleur me paraît maintenant étrange, ou, du moins, sans aucun sens pratique et visuel. Alger-la-Verte, devrait-on dire. Ou plutôt Éternité-Verte, car Alger n’existe pas. Mais je ne regrette pas Alger, parce que ce monde me paraît au moins aussi intéressant … si ce n’est cette TERREUR. Oui, comment expliquer mon appréhension pour ce monde ?

… J’ai dépassé les monticules verts et je marche maintenant dans une étendue que laboure une géométrie incertaine. Tétraèdres jaunes, entrelacs polychromes de paraboles géantes … J’avance dans une jungle d’arabesques absurdes dont les monticules menacent à chaque pas mon équilibre. Car j’ai peur de tomber. Et qui sait quel gouffre  -Ô Éternité- dissimulent les faces chatoyantes des cités fragiles ?

Pour la première fois vient de m’apparaître la source de ces lumières torturées. Le soleil existe toujours. Mais un drôle de soleil, en vérité. Dans le ciel fait d’une vapeur jaune, trône, se mouvant en des haut-le-corps successifs, une étrange boule verte. Je comprends maintenant pourquoi prédomine dans ce monde cette chlorophylle qui me fait penser à nos immenses forêts malgré l’absence totale de végétation sur la terre dénudée.

Maintenant que je vois le soleil, je peux me fixer une trajectoire. Tels nos bédouins (de jadis) qui s’orientent suivant une étoile fixée pour traverser le long océan de sable, je me laisserai guider par la boule vaporeuse dans ce monde de couleurs.

***

Les ténèbres qui tombent tout à coup sur mon parcours me laissent un moment ébahi. Que dois-je faire ? Rester où je suis à attendre la réapparition prochaine de la lumière (ô fragilité des entrelacs multicolores !) ou marcher au risque de rompre une branche de parabole et de choir dans les gouffres interminables de l’Éternité?…………………….

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux