RSS

Aouchem a donné signe de vie Par Kader Bakou

26 mars 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

Que n’a-t-on pas dit ou entendu dire au sujet du groupe Aouchem ! L’expo «Mesli l’Africain» au MAMA dans le cadre du Panaf’ 2009 a permis au public de connaître la liste «officielle» des membres fondateurs d’Aouchem créé en 1967 et dont le nom veut dire «tatouage». Ce «groupe des neuf» est constitué des artistes plasticiens Choukri Mesli, Denis Martinez, Mustapha Adane, Saïd Saïdani, Baya, Mohamed Benbaghdad, Arezki Zerarti, Dahmani et Mohand «Hamid» Abdoun. 
Noureddine Chegrane, de son côté, a participé à la deuxième exposition organisée par le mouvement. Aouchem est une école et un mouvement artistique et littéraire engagé. «Aouchem est né il y a des millénaires sur les parois d’une grotte du Tassili. Il a poursuivi son existence jusqu’à nos jours, tantôt secrètement, tantôt ouvertement, en fonction des fluctuations de l’histoire», est-il écrit dans le Manifeste du Groupe Aouchem. «Sous diverses formes, le signe magique manifeste le maintien d’une culture populaire, en laquelle s’est longtemps incarné l’espoir de la nation, même si par la suite une certaine décadence de ces formes s’est produite sous des influences étrangères», lit-on plus loin. «C’est cette tradition authentique qu’Aouchem 1967 affirme retrouver, non seulement dans les structures des œuvres mais aussi dans la vivacité de la couleur (…) Il s’agit pour nous de définir les véritables totems et les véritables arabesques, capables d’exprimer le monde où nous vivons, c’est-à-dire à partir des grands thèmes formels du passé algérien, de rassembler tous les éléments plastiques inventés ici ou là, par les civilisations, écrasées hier et aujourd’hui renaissantes, du tiers-monde. Il s’agit d’insérer la nouvelle réalité algérienne dans l’humanisme universel en formation, de la seconde moitié du XXe siècle», soulignent les neuf signataires du Manifeste. Enfin, «Aouchem s’engage aussi bien en reprenant de grands thèmes mythologiques toujours vivants, en symbolisant l’explosion lyrique individuelle, qu’en s’emparant avec violence des provocations que les drames actuels, d’Afrique ou d’Asie, jettent au visage de l’artiste. Nous entendons montrer que, toujours magique, le signe est plus fort que les bombes.» Le Groupe Aouchem a rencontré de vives oppositions parfois de la part d’autres artistes plasticiens. Il n’a organisé que trois expositions entre 1967 et 1972. Après, chacun des membres du mouvement, ouvert aussi aux poètes, a continué son chemin en solitaire et avec des fortunes diverses. Mais même si le groupe a disparu, l’esprit Aouchem a survécu jusqu’à aujourd’hui.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/03/26/article.php?sid=132022&cid=16


, , , , , , , , , , , ,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux