RSS

Le fistin par El-Guellil

10 avril 2012

El Guellil

T ous ceux qui volent pour éviter de se mouiller. Tous ceux qui nagent dans toutes les eaux. Toux ceux qui marchent… dans la combine. Le lion qu’on a leurré, le dindon de la farce, le pigeon voyageur, l’oiseau de mauvais augure, le bourricot de la classe, le poulet de ferme, la vache grasse, la vache folle, les chevaux dressés pour les courses d’obstacles, les lièvres qu’on nous a posés.Le politique, convaincu que la politique c’est cette hardiesse à demander aux autres de le porter sur leurs épaules pour en faire un coq hardi capable de transformer des vessies en lanternes. Le commerçant qui croit dur comme fer que commercer c’est surtout transformer sa bonne conscience en attestation de mœurs de bonne honorabilité à afficher sur sa vitrine, pour que les tiroirs-caisses résonnent au rythme des magouilles de l’arrière-boutique où l’on peut vendre n’importe quoi et à n’importe qui. L’artiste beau parleur qui pense mordicus que la phraséologie est cette épée aiguisée qui planifie les parcours sur les mers pour ouvrir la voie du bonheur et de la satiété.
Les représentants d’eux-mêmes qui ne savent pas ou feignent de ne pas savoir que la représentativité est la douloureuse charge de servir les autres et que la responsabilité de faire la courte échelle à une population tout entière nécessite que l’histoire soit reconnaissante des services et des bienfaits rendus.

Tous et tout le monde faisaient tout et disaient tout sur les impératifs de changer le pays, et chacun affinait la réplique contradictoire bourrée d’arrière-pensées. L’un définissait la « hogra », l’autre philosophait sur les imbécilités des phases, ne sachant pas que les choses ne sont que le reflet des hommes et que les hommes et les choses ne sont que le fidèle miroir de l’imbécilité de chacun. Un autre encore n’avait de cesse de se noyer dans les discours de la méthode ne sachant pas très bien s’il faudrait aller chercher Descartes sur les décharges publiques où se battent pour leur survie des gosses, ou le convoquer des plus lointaines « kheïmates » où l’on n’a pas la notion du temps.

Tous ces restes d’hier, ont fait de notre pays un grand fistin. Et Aujourd’hui!

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux