RSS

Juste un conte par El-Guellil

16 avril 2012

El Guellil

Du temps où les animaux parlaient. Un âne, un caniche, un chat de gouttière et un coq, unis pour une même cause, décidèrent de conjurer le sort et de prendre d’assaut la municipalité de leur ville. Persuadés que ses locataires ne font pas un bon usage, lassés par la servitude et les brimades, ils pensèrent que s’ils la soulageaient de ses occupants qui n’étaient d’ailleurs que des incompétents, ils rendraient justice à leurs congénères. L’âne bourru était fatigué de compter et transporter les sacs-poubelles, son rêve était, pour une fois, de donner des ordres au lieu d’en recevoir, et passer de serf en maître. Le chat a été humilié par les souris, toutes ses astuces ont été repérées, si bien qu’il n’avait rien à se mettre sous la dent. C’est une occasion pour lui de changer de menu. 

Le caniche, plus habitué aux bons goûts inculqués par son maître, un maçon moderne, a découvert finalement qu’on s’est servi de lui pour concrétiser des intérêts. Il en avait marre de faire le beau. Il voulait changer de coiffure et laper dans une autre tasse. Quant au coq, il a failli passer au four, pour avoir osé se dresser contre la loi. Un séjour au placard lui a permis de limer ses ergots. Tous les quatre s’étaient réunis dans une grotte, à la limite de la ville pour dresser un plan.

Ils choisirent le moment de l’attaque, et décidèrent d’attendre la pénombre, lorsque les occupants seront dans les bras de Morphée. L’heure venue, ils passèrent à l’abordage et envahirent le siège en quelques minutes. Le coq sonna la victoire par cocorico retentissant, le moment choisi pour le caniche de sauter sur le fauteuil qui lui ouvre droit à la répartition des tâches.

L’âne, vu l’expérience acquise, était chargé d’encaisser les coups à la place des autres, et de faire toute la basse besogne. En échange, il recevra un seau d’avoine et la permission de braire de temps en temps dans les réunions.

Le chat, frère ennemi du caniche, préfère se faufiler un peu partout. Il était chargé de la météo, prévenir les orages dans l’air, à temps. Le coq voulait qu’on lui assure sa croûte, échaudé par ses multiples échecs dans sa vie sociale, pour retrouver son statut de chef de basse-cour. Il s’est finalement résigné à se coucher et rester fidèle à sa vocation: annoncer l’heure des prières, car ses ailes ne lui permettent pas de voler plus haut. Une fois installés depuis des ans, ils ont pris goût. Nos quatre aventuriers se pavoisent, sous l’œil éberlué de leurs congénères. Maintenant qu’ils sont rentrés, il est difficile de les faire sortir.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux