RSS

Zerda zradi par El-Guellil

25 avril 2012

El Guellil

Zid el ma, zid un peu de smid et le smine yakoul hafna. C’est ce que nous enseigne l’adage.         C’est zerda zradi organisées fi bladi sous couvert d’intitulés pompant. Sous le haut patronage… de nage qui sait. Ces rencontres censées rassembler des jeunes en verve, exposant et débattant leurs expériences, ne sont plus ce qu’on croit. Des colloques ne sont plus ces rencontres d’horizons divers, entièrement consacrées à la pensée et totalement concentrées à la connaissance et au savoir. Les journées dirassiya ne sont plus ces moments, un peu particuliers et craints où seule l’argumentation servait de faire-valoir. Maintenant, tout est vu à travers la paroi fine des msarine et tout est considéré en fonction des odeurs dégagées par la cuisine.

Les séminaires ne sont plus que de simples festivités où l’on mange et où l’on boit. Ce n’est pas un hasard si les journaux conviés à la couverture de ces événements titrent «la démocratie au menu», «l’handicap chez les jeunes au menu» «la loi de finances au menu».  Il se trouve tout le temps ce menu qui trône sur la titraille. C’est le menu au menu.

Aussi n’est-il pas étonnant de voir se constituer des groupes d’individus qui se spécialisent dans la zerda « scientifique », ces visiteurs non invités qui font irruption, comme sortis de nulle part, au moment de l’inauguration. Ils viennent, ils s’attablent là où dans le champ des caméras et puis…plus rien.

Lorsque l’inauguration est terminée, c’est-à-dire lorsque la science prend la parole, ils déguerpissent aussi soudainement qu’ils étaient venus. Avec l’allergie qu’ils traînent au savoir, cela ne pouvait en être autrement. Et que les amphithéâtres demeurent à moitié vides, peu leur importe. Et que les conférenciers ne trouvent que quelques dizaines de personnes à qui parler, peu importe. Le problème cependant c’est que, le moment de la bouffe venu, ils sont les premiers à pénétrer dans les salles, à s’attabler, à se faire servir, parfois même avec quelques-uns de leurs propres invités. Et allez donc leur dire qu’ils ne font pas partie des personnes invitées, vous auriez droit là à un véritable discours de personnes défendant des convictions et des positions consacrées.

La science…, elle peut attendre ! Il faudrait d’abord que les panses se remplissent… Mais le pourraient-elles seulement ? Raji chaker l’avait dit avant moi, mais la dikra, cela sert toujours !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux