RSS

Souvenir de guerre

3 mai 2012

HISTOIRES A MEDITER

Mark Doffer rentrait chez lui, le vide dans les yeux, le carnage dans le coeur. Il avait échappé à la fureur du   Vietnam. Pourtant il tremblait à la simple idée d’appeler ses parents d’une cabine téléphonique. Cela faisait    si longtemps…

- Maman… papa… Je rentre. Ça y est,   je suis là.        

Au bout du fil, en pleurs, le père    et la mère de Mark n’osent prononcer    un mot.

- Je… enfin, un ami m’accompagne. Je…   Je vais l’amener à la maison.

- Pas de problème fils, répond   Monsieur Doffer. Ça nous fait plaisir.

- Il y a quelque chose que je dois   vous dire, poursuit Mark, fébrile. Il a   été salement touché pendant les combats   et bon… il a une pâte folle. Une jambe   en plastoc, quoi. Il n’a nulle part où   aller et je veux qu’il vienne vivre   chez nous.

Cette fois-ci, le silence fut plus   long et embarrassé.

- Je suis désolé pour lui fils.    Mais tu sais, chez nous, c’est petit.

On pourrait certainement lui trouver   un endroit pour vivre, ailleurs.

- Vous n’avez pas compris, coupa   Mark. Je veux qu’il vive avec nous.

- Ecoute fils. Quelqu’un avec un tel   handicap sera un fardeau pour notre   famille. Nous ne pouvons pas accepter.   Tu devrais rentrer et laisser ton ami   trouver une famille qui pourra   l’accueillir.          Alors, Mark raccrocha le téléphone.   Ses parents n’entendirent plus parler   de lui. Jusqu’à ce qu’un agent de   police les appelle chez eux, quatre   jours plus tard pour leur annoncer que   Mark avait sauté du pont de San   Francisco et qu’ils devaient venir   l’identifier à la morgue. Face au corps   de son fils, la mère de Mark fut prise   de convulsions et son père détourna la   tête. C’était bien lui, c’était Mark…   mais avec une jambe et un bras en   moins.

Un souvenir de guerre…         ……………………………..      Dans cette histoire triste, les   parents de Mark sont à notre image :   souvent, nous trouvons facile d’aimer   ceux qui présentent bien, qui sont   beaux, sans défauts apparents.        Mais nous repoussons ceux qui nous    gênent parce qu’ils ne correspondent pas    au « format » idéal, recevable, passe-   partout… Heureusement pour nous,   certaines personnes ne traitent pas   leurs semblables avec autant de   discrimination. Quelqu’un qui nous   aime, c’est quelqu’un qui nous aime   sans condition.       L’amour ne devrait être que cela…      (c)2006, www.cpositif.com

« La nature fait les hommes semblables,      la vie les rend différents. »     Confucius

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux