RSS

P’TIT OMAR : LA RÉVOLUTION DANS LE CARTABLE DE SOUHILA AMIRAT Conscience patriotique

12 mai 2012

Auteurs Algériens

P’TIT OMAR : LA RÉVOLUTION DANS LE CARTABLE DE SOUHILA AMIRAT Conscience patriotique  dans Auteurs Algériens actualite225127Culture : EN LIBRAIRIE

C’est l’histoire d’un héros et martyr de la Révolution algérienne, Omar Yacef, alias le Petit Omar, que déroule pour nous Souhila Amirat à travers les 161 pages de ce récit intitulé P’tit Omar. La révolution dans le cartable. 
Neveu de Yacef Saâdi, ce petit garçon était agent de liaison durant la guerre de Libérération. Il transportait documents et messages top-secret dans son cartable et a fait preuve d’un militantisme et d’un courage exemplaires. Né le 7 janvier 1944 à la Casbah d’Alger, P’tit Omar portait haut l’Algérie dans son cœur. Il connaissait l’ancienne médina comme sa poche et parvenait ainsi, sans coup férir, à éviter les contrôles de l’armée française. Le petit révolutionnaire saute agilement d’une terrasse à une autre, slalome entre les venelles et brouille les pistes en plein cœur de la bataille d’Alger. Dès l’âge de 9 ans, Omar Yacef accompagne son père militant au PPA aux réunions clandestines. Sa conscience patriotique et sa maturité précoce forcent l’admiration de ses aînés. Arrive ce jour fatidique du 8 octobre 1957 où tout va basculer. Les parachutistes français bouclent la Casbah. Une souricière est tendue. Les artificiers déposent des bombes au n°5 de la rue des Abderrames, la maison de «la glace» qui sert de cache à Hassiba Ben-Bouali, Ali La Pointe, P’tit Omar et Mahmoud Bouhamidi. En quelques secondes, la maison est soufflée «… le 5, rue des Abderrames s’écroule, emportant avec lui les quatre fidayine de la Casbah ainsi que dix-sept autres personnes, dont deux petites filles de quatre et cinq ans, qui se trouvaient dans les maisons voisines… Les parents d’Omar se rendent sur les lieux. L’odeur des corps calcinés se dégage des décombres, la chair de leur chair est en fumée» P. 152. Souhila Amirat est née en 1968 à Alger. Diplômée en informatique, elle se consacre à la littérature de jeunesse. Après le décès de Dahbia Yacef, la mère du P’tit Omar, elle décide de consacrer un ouvrage au parcours exceptionnel de ce jeune militant mort pour la cause nationale à l’âge de 12 ans. Ecrit dans un style simple, ce récit fera également le bonheur des jeunes lecteurs.
Sabrinal
P’tit Omar, la révolution dans le cartable, Souhila Amirat, 161P, 450 DA, compte d’auteur


,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux