RSS

Le temps de la vie Par Kader Bakou

14 mai 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

Au cinéma, toute une vie est racontée dans un film de fiction qui dure un peu plus d’une heure. Une attente d’une heure dans la vie réelle dure une ou deux minutes dans un film. 
Quelques rares films ont «réconcilié» le temps réel et le temps fictif dans certaines scènes d’anthologie. Sorti en 1978, Magic(USA) est un film envoûtant réalisé par Richard Attenborough, avec Anthony Hopkins dans le rôle principal. L’illusionniste Corky Withers a été formé par le vieux Merlin (l’enchanteur ?). Il rencontre le succès depuis le jour où il a introduit dans son spectacle une marionnette à son image appelée Fats. Mais un peu comme Docteur Jekyll et Mister Hyde, autant Corky est gentil et effacé, autant «son double» Fats est vulgaire et agressif. Bientôt possédé par sa marionnette, l’illusionniste va commettre des actes diaboliques. Un ami de Corky, qui voulait l’aider, lui demande s’il est capable de se passer de Fats cinq minutes. Corky répond par l’affirmative. L’ami sort sa montre et se met à compter les minutes. Deux (vraies) minutes paraissent aussi longues que deux heures. Sorti en 1995, Sur la route de Madisonest un film américain réalisé et interprété par Clint Eastwood qui partage la vedette avec Meryl Streep. Il est adapté du best-seller de Robert James Waller paru en 1992. Un jour de l’été 1965, le photographe Robert Kincaid demande sa route à Francesca Johnson. Elle le guidera à travers les ponts couverts du comté de Madison qu’il est chargé de photographier pour le compte du National Géographic. Les quatre jours qu’ils passeront ensemble vont les marquer pour la vie. Francesca Johnson et Robert Kincaid sont dans deux voitures dans la ville. L’homme qui va quitter Madison pour toujours n’a pas vu la femme. Elle, par contre, elle l’a vu. Elle veut partir avec lui, mais hésite. Les deux voitures s’arrêtent à un feu rouge. Elle veut ouvrir la porte de sa voiture puis se ravise et se met à réfléchir, la main toujours collée à la poignée de la porte. Le temps du passage d’un feu rouge à un feu vert dans le film est égal à celui dans la vie de tous les jours. Mais, à l’écran, le suspense est insupportable tandis que le temps paraît bien différent. Le cinéma a créé un «temps virtuel» plusieurs décennies avant l’ère internet.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/05/14/article.php?sid=134158&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux