RSS

Scènes d’eux par El-Guellil

16 mai 2012

El Guellil

Son parti a fait un mauvais score aux dernières législatives. Du coup, il déclare, fracassant les tympans : « Ce ne sont pas des élections mais une pièce de théâtre électorale » ! Quelle trouvaille ! Ce cher politicien, aussi grand que son ombre quand le soleil est à son zénith, « hada ma djab Allah », a découvert le fil à couper le beurre. Non seulement cet éminent personnage politique participe au casting électoral, accepte de se prêter au jeu mais, heureux d’être retenu dans la distribution, il accepte de répéter sous la direction d’un metteur en scène à l’intérieur de décors dessinés et conçus par son équipe. Il répète. Il donne la réplique. Il s’installe dans son rôle et, comme un véritable acteur, il se met dans les circonstances et les situations créées par son discours, incarnant un personnage pour un regard extérieur (les électeurs), dans un temps et un espace limités (la campagne). Si ce n’est pas ça la définition du théâtre, c’est qu’il n’a rien compris à la politique.

Il est vrai que ce monsieur, fin politicien, avait misé sur cette période de printemps arabes. Mais là aussi, il y a théâtralisation. Sachant que les périodes révolutionnaires, périodes d’inversion et de flottement du pouvoir, font également appel aux mises en scène, parfois macabres lorsque la tête des «ennemis du peuple» se promène au bout d’une pique.

Les révolutions populaires sont particulièrement intéressantes du point de vue de la mise en scène, car le peuple devenant momentanément détenteur du pouvoir, on assiste à une inversion des représentations qui puisent leurs motifs aux sources du carnaval. Mais faut-il que ces révolutions soient effectivement populaires, qu’elles ne soient pas dictées ou mises en situation par des acteurs externes.

Monsieur le fin politicien, soyez certain que le peuple n’a jamais fait dans la mise en scène, il a toujours préféré l’improvisation. Acteur, il le sera un jour et spectateur forcé vous le serez, si vous êtes toujours là. Car le silence de la majorité qui a refusé l’invitation aux urnes en dit long sur les prochaines représentations.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux