RSS

«Cherchez la viande même en Inde !» par Kamel Daoud

26 mai 2012

Kamel Daoud

Voilà, c’est fait. Après les élections, la viande. Rouge, elle viendra de l’Inde cette année, selon le gouvernement alimentaire, en prévision du mois sacré. Mohammed l’a dit : «Il faut chercher le savoir même en Inde». Nous, on y cherche la viande. L’année algérienne se divise généralement en deux, avant et après les élections. Puis avant et après le Ramadhan. Le peuple y est poussé en vrac vers l’urne et l’assiette. De l’une à l’autre. Il n’y pas de sens et Ibn Roch est un revendeur de sucre. Il n’y a pas d’issue comme écrit hier, pas de nouveauté, pas de gloire. L’année dernière, on a aussi parlé de viande, comme des jaguars obèses allongés sous un arbre mort. L’année d’avant aussi. C’est le calendrier national : mois du «sans plomb», mois CCP, mois de la pomme de terre, mois de la viande indienne, etc. Fallait-il devenir indépendant après un millénaire ou trois d’invasions et chasser tous les colons venus pour seulement ceci : manger dans l’angoisse et la grimace ? Est-ce le sens d’un peuple que d’avoir une vache ?

Reste que la question est celle de la réciprocité. Si le Pouvoir ne ramène pas la vache, le peuple se soulève. S’il ramène la vache, le peuple est insulté dans son histoire nationale mais ne le sait pas. C’est la boucle voulue, enfermer les Algériens dans le cycle assouvissements/émeutes. Le débat de la vache qui mange l’indépendance, ou le contraire. L’histoire du peuple tenu par le ventre. La souveraineté nationale et l’ingérence étrangère ont été les thèmes de la campagne du régime pour faire voter le bon peuple. S’adresser à la peur de ne pas manger, vivre chez le colonisé qui vient tout juste d’avoir un pays à lui, c’est-à-dire un repas complet. Une campagne pour idiots, car que signifient la souveraineté et l’intervention étrangère quand le pays peut être affamé et doit chercher sa viande en Inde ? Vu du ciel, un immense parc. Au sud, un robinet de pétrole. Au nord, beaucoup de gens penchés sur la mer en bas du navire. On leur donne à manger et ils se multiplient. 38 millions prévus en 2013. Certains tentent de fuir le campement par mer ou par les frontières. Ce sont les points noirs sur l’avant-bras de la mer qui leur font face. Ensuite, il n’y a rien d’autre. Quand le campement s’agite, on jette dedans des vaches d’Inde et du blé US. Il se calme. Pourquoi ces gens sont là ? Ils n’étaient nulle part, avant, et se sont regroupés ici pour avoir un endroit qui les a enfermés. Une immense vache qui mange un peuple pendant qu’il mange la vache de l’Inde. Fable fantastique qui explique mieux le pays que son histoire officielle. Officiellement, nous possédons un pays mais pas assez de vaches. Ce qui est totalement absurde et inutile vu du point de vue de l’histoire de l’humanité. On commence par avoir un nombre suffisamment de vaches avant d’avoir un drapeau. C’est l’histoire de la naissance des Etats qui le veut. Relisez.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux