RSS

Naissance de la Fondation Mouloud-Feraoun pour la culture et l’éducation

3 juin 2012

Mouloud Feraoun

Voxpopuli :

Le 26 de ce mois de mai 2012, année du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, des hommes et de femmes se sont réunis au Centre de jeunesse de Zéralda pour donner naissance à la Fondation Mouloud- Feraoun pour la culture et l’éducation.
Ils et elles sont venus de nombreuses régions du pays : El Oued, Tamanrasset, Oran, Tizi- Ouzou, Sétif, Djelfa, Tlemcen, Ghardaïa, Batna, Sidi-Bel-Abbès, Alger… Ce sont des professeurs d’université ou éducateurs-enseignants, des agronomes ou agriculteurs montagnards, des anciens ou actuels cadres de la nation, des journalistes, des professionnels de la littérature, des citoyens lambda férus de littérature.` Parmi l’assistance, se sont révélés d’anciens élèves de cet éducateur de talent que fut d’abord Mouloud Feraoun. Ils ont dit avec verve mais aussi avec beaucoup d’émotion toute leur reconnaissance envers cet homme simple, discret, généreux, mesuré et juste qui a subi l’ostracisme des uns et l’incompréhension des autres par le truchement de contre-vérités et des dénigrements. En présence d’un huissier de justice, l’assistance, érigée en assemblée générale constitutive, a adopté le statut de la Fondation puis a procédé à l’élection de son président et de son bureau constitué de 3 femmes et de 5 hommes. Dans son programme d’action de l’année en cours, la Fondation Mouloud-Feraoun se propose d’abord de contribuer à la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie à la veille de laquelle Mouloud Feraoun fut assassiné en compagnie de cinq de ses camarades par les hordes de l’OAS. Enseignant de formation, il est plus connu en sa qualité d’écrivain. Il écrit son premier roman, Le Fils du pauvre en 1939 qu’il n’arrive à publier qu’en 1950. Œuvre majeure, elle fut traduite en une trentaine de langues et devient un classique de la littérature algérienne. De nombreuses générations de collégiens et lycéens ont lu et étudié les morceaux choisis de ce roman entré dans l’universalité. D’autres romans suivront : La terre et le sang, Jours de Kabylie, Les chemins qui montent. Mouloud Feraoun commettra aussi un essai sur les Poèmes Si M’hand Oumhand, le célèbre barde kabyle. Son Journal 1955-1962 témoigne de son patriotisme sincère et de ses tourments face au drame de la guerre de libération algérienne. La traduction en arabe de ce journal est publiée en Egypte dès 1963. D’autres œuvres seront publiées post-mortem : «L’Anniversaire», La Cité des roses. L’œuvre littéraire féraounienne, tout à la fois dense et limpide, fait l’objet de nombreuses publications universitaires en Algérie et à travers le monde. Bon vent pour la nouvelle Fondation.
Hamoud Zitouni

     Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/05/30/article.php?sid=134818&cid=49

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux