RSS

Le français, une langue algérienne ?

8 juin 2012

Chroniques

Par Le Matin DZ | 07/04/2012 12:24:00 |

Colloque Marianne-El Khabar sur « la guerre d’Algérie », à Marseille. Dernier acte. Cette fois, il s’agissait de parler de francophonie.

Le français, une langue algérienne ? dans Chroniques

Le débat devait réunir Jack Lang et Boualem Sansal, qui s’impose de plus en plus comme un écrivain de langue française majeur. L’ancien ministre de la Culture de François Mitterrand a, comme son ami Hollande, fait faux bon. Il a été brillamment suppléé par le cinéaste Lakhdar Hamina qui souligne d’emblée la nature hautement politique de l’enjeu francophonie. Dès, l’indépendance a-t-il rappelé, Ben Bella qui déclarait « nous sommes Arabes, nous sommes Arabes, nous sommes Arabes », mettait, de fait, les locuteurs francophones et berbérophones hors la loi !

Il est vrai que dans ce pays pillé et humilié durant la colonisation, on s’est attelé dés 1962 à dilapider ce que Kateb Yacine appelait, dans un éclair de lucidité, un butin de guerre, la langue française en l’occurrence. Même s’ils reconnaissent à l’Algérien quelque légitimité à vouloir recouvrer son identité après 132 ans d’entreprise de dépersonnalisation intensive, les deux intervenants dénoncent vigoureusement les méthodes utilisées, entre autres « l’idéologisation » à outrance et forcenée de l’arabisation ou l’importation massive d’enseignants non qualifiés des pays du Moyen-Orient. Ces hordes de douktours ont, en fait, débarqué avec, dans leurs besaces, à défaut de savoir, les germes de l’islamisme et de l’obscurantisme. Ces bouchers ou cordonniers égyptiens, irakiens ou palestiniens sont surtout venus profiter de la manne de la reconstruction et asseoir dans le cœur des Algériens la haine de l’Occident et de la langue française. Cette langue, qui comme le dit justement, Boualem Sansal, restera, en dépit des extravagances et de la malhonnêteté des politicards.

Cinquante ans après l’indépendance, on se retrouve dans un pays, a-t-on coutume de dire, peuplé d’analphabètes trilingues ! On continue à s’échiner avec une incomparable névrose à éliminer tout ce qui peut rappeler la France, et en tout premier lieu sa langue, ce formidable outil de travail si bien maîtrisé et répandu en Algérie. Ceux qui s’aventurent à défendre cette langue, dont on continue, pourtant, à avoir bien besoin, sont systématiquement rangés au rang des nostalgiques de fafa. On aime à les traiter de hizb frança. La France dont on continue tout de même à consommer frénétiquement les produits manufacturés, le camembert et le Pastis !

Boualem Sansal déclare, sans complexe, que l’utilisation de la langue française ne lui pose pas problème : « J’en userai même si, un jour, on en venait à l’arabiser (le français). »

Tout, selon Hàmina et Sansal, ne baigne pas dans l’huile car malgré une présence non désirée et pourtant effective,de la langue française, en Algérie, elle reste, cependant, difficile d’accès. Ils en veulent pour preuve la cherté des livres la censure, la disparition des salles de cinéma, etc.

Boualem Sansal a un bon mot pour qualifier ces entraves au développement de la langue française : « Nous avons, incontestablement, cette langue mais nous n’avons plus la culture qui va avec. Pourtant, il nous aurait suffi d’un peu de bon sens pour admettre que seule cette langue française que nous possédons encore pour quelque temps, peut nous assurer l’accès à l’universel. »

Le pouvoir, enfermé dans ses approximations idéologique cherche-t-il, seulement, à accéder à l’universel, lui qui donne l’impression de redoubler d’un morbide ingéniosité lorsqu’il s’agit de trouver de nouvelles ruses pouvant amener à l’enfermement des Algériens dans une autarcie assassine. Chacun sait qu’en matière d’isolement, nous n’avons rien à envier à la Corée du Nord!

La France n’est pas en reste en matière de dilapidation du crédit de sa langue. Les communicants que nous avons écoutés étriper les responsables qui sont en charge de la francophonie dans le monde. C’est une institution bureaucratique, accusent-ils, un fromage lancé à ses membres africains auxquels on demanderait presque de venir aux réunions avec des tam-tam!

Nécessairement, lorsqu’on parle du statut de la langue française en Algérie, on se trouve dans l’obligation d’évoquer cette école algérienne prise en otage par Benbouzid et ses sbires islamistes prétendus pédagogues qui rejettent catégoriquement toute velléité de réforme qui risquerait de révéler leur incapacité à dispenser un enseignement moderne, de qualité et surtout dénué de contenu religieux et surtout ouvert sur le monde…

Un mot a été lancé de la tribune à la face du public : « L’arabisation, en Algérie, rappelle par bien des aspects, un crime contre l’humanité ! » Malgré les quelques huées qu’elle a soulevées, je ne suis pas loin de partager cette sentence. Le prochain chantier de l’Algérie reste, il ne faut plus qu’on se voile la face, celui de la refonte de son école. Il y a péril en la demeure. Cette fabrique à terroristes et à intégristes doit être détruite pour être reconstruite avec des Hommes plus sains et, surtout épris de justice, d’équité et de liberté.

Meziane Ourad

http://www.lematindz.net/news/7763-le-francais-une-langue-algerienne.html?print

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux