RSS

De l’auto-racisme politique par Kamel Daoud

18 juin 2012

Kamel Daoud

Le crash de la tentative de démocratie en Egypte et en Tunisie sera lourd de conséquence pour nous. Les actionnaires de l’Algérie doivent rire jusqu’aux molaires du ciel de l’aubaine : voilà que la démocratie pour « Arabe » prouve en live son impossibilité, son impasse et son inutilité. Le crash du printemps arabe en arrive même à convaincre l’indigène de la nécessité de la colonisation. Le citoyen « arabe » ou algérien est aujourd’hui lui-même l’avocat de son exception culturelle : je ne suis pas apte à la démocratie, c’est mauvais pour moi, c’est uniquement pour la consommation des blancs, je suis maudit et je mérite.

Syndrome de la femme violée, du peuple cassé. C’est ce que pensait l’homme occidental de « l’Arabe » voisin, voilà donc que l’Arabe le répète de lui-même. Piégé entre les militaires et les islamistes, il a, un moment, cru en la possibilité d’être libre avant de s’effrayer de sa propre liberté et de la transformer en asservissement et, pire encore, en demande d’asservissement volontairement réclamée et signée.

C’est ce qu’on entend aujourd’hui dans la rue algérienne, entre le soupir et la télécommande. Une théorie auto-raciste sur l’exception culturelle et la nécessité de la dictature et du bâton comme moyen unique de gouvernance. Le cas égyptien va être utilisé à outrance pour inculquer au « colonisé » la théorie de son infériorité politique « tout à fait naturelle » et prouvée par l’image et la violence. Frantz Fanon encore une fois aurait eu plaisir à analyser cette négritude de « l’Arabe » et de l’Algérien qui se repeint le visage en esclave par peur de la responsabilité d’être libre. Il en est même difficile d’en faire une conversation ou en débattre, sans provoquer le ricanement et le doute.

L’idée de la liberté et de la démocratie est donc pour longtemps enterrée. Chez nous, le régime a été sauvé par le 11 septembre américain. En Egypte, le régime est sauvé par le cas algérien. En Syrie, le régime est sauvé par le crash libyen. L’un s’appuie sur l’autre pour prouver l’impossibilité d’avoir un avenir sain et même l’indécence de le demander ou de l’attendre. Sur le cadavre des milliers « d’Arabes » morts l’année dernière, un rire franc et indécent promène ses dents en désordre. La négritude de « l’Arabe » est désormais une conviction de l’esclave.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux