RSS

Gari ya jari par El-Guellil

21 juin 2012

El Guellil

C’était un parking pensé pour alléger le stationnement qui devenait problématique dans les parages. L’intention était bonne, sauf que les décideurs n’avaient su pas, dans le temps, de quels stationnements il s’agissait. C’est devenu donc gari, gari ya jari et… ça se transforme en sog où ce qui reste d’une poussette est transformé en étal roulant que traîne un individu à peine plus propre qu’un microbe. Beaucoup de sni, des plateaux de pizza douteuse, sont superposés sur cet étal à roulette. C’est l’assemblée où les mouches ne dérangent nullement la convivialité des cafards et des blattes, mais chaque espèce trace son périmètre. Juste à côté, le marchand de karène le toise. Ce n’est pas un concurrent mais il dérange. Le marchand de cherbète, ce jus de citron d’un jaune douteux vient en appoint. Manque donc le dessert. Le vendeur de chamia. Il ne tarde pas à pointer. Voilà donc le menu au complet. Une carte au choix. Koul ya meskine. Le sbitar est à quelques pas… koul à pas cher et crève batal.

«Faut bien qu’ils gagnent leur vie, ces pauvres bougres.» que vous, vous dites. «Vous préférez peut-être qu’ils aillent voler ?» Et… hop le raccourci. C’est donc, soit accepter que ces pauvres bougres empoisonnent d’autres bougres ou que ces pauvres bougres agressent d’autres bougres. Bougres que nous sommes, nous devons nous taire devant ce danger, pendant que les services d’hygiène et de la qualité se terrent et se cachent derrière des bilans pompeux. Style «saisie de cent poulets avariés et fermeture de commerces pour défaut de…». Trois, quatre opérations coup de poing que les «journaneux» en mal d’infaux reprennent pour remplir les colonnes de faits d’hiver et d’été. On traque donc les commerçants qui ont pignon sur rue. Des magasins recensés, en règle, qui n’ont pas droit à l’erreur. Les autres les ambulants et leurs foyers de microbes, ça ne dérange personne, sauf les petits bourgeois aux corps délicats. Quoi les épidémies ? C’est pas le problème des autorités locales. Celles-là naviguent plus haut. La santé publique, c’est juste le ramassage des poubelles…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux