RSS

«Une crise de succession qui dure depuis huit ans» par Kamel Daoud

23 juin 2012

Kamel Daoud

« C’est une crise de succession ouverte depuis 2004 et qui dure depuis huit ans» me dit-il. Cela se tient. L’ambiance régnante est celle d’un bourguibisme généralisé en Algérie. C’est ce qui explique un peu, au plus juste, pourquoi il ne se passe rien en Algérie, malgré les effets de scène. Dans le cas présent, cette transition dure depuis des années et immobilise presque tout le pays, son économie, sa diplomatie, ses élites dirigeantes et ses casernes cachées. L’enjeu de la succession de Bouteflika est en effet immense : pas en terme de personnes comme autrefois, mais en terme d’époque. C’est la première fois que le régime pense à recruter hors de la pépinière des «anciens», des «historiques» et des légitimités révolutionnaires. Sauf qu’il n’y a pas de consensus sur l’après. On sait qu’une époque est morte mais on ne sait pas par quoi la remplacer, ni si le reste est vivant.

Du coup, l’expression de «succession ouverte depuis huit ans» prend tout son sens : il ne s’agit pas d’une hésitation sur une transition possible mais d’une hésitation sur une succession floue. Bourguiba est devenu inutile mais le bourguibisme est nécessaire à tous. On ne lui trouve pas de palliatif. Bouteflika n’est peut-être plus malade, mais le reste du pays est alité. Depuis presque une décennie.

Du coup, la question favorite des Algériens exprime un fatalisme incroyable : qui va-t-on nous ramener cette fois ? Un fondateur du FLN ? Piste fermée. Un Général «civilisé» ? Déjà essayé. Un ancien Boumedienniste ? Il est justement au cœur de la crise. Reste celle d’un islamiste soft genre Belkhadem. L’Algérie étant un pays rural pétrolier, cela pourrait «coller» si on adjoint à l’acteur principal, un chef de gouvernement proche des «élites» urbaines. On comprend donc l’essentiel de la décennie : le régime n’arrive pas à élire quelqu’un alors qu’il excelle à pousser les Algériens vers les urnes. Pour une fois, la transition se pose entre deux époques et pas entre deux clans apparemment. Par qui remplacer Bourguiba tout en sauvant le bourguibisme ? Que faire quand on met un pays dans les mains d’un homme et que cet homme a les mains derrière le dos, reste assis et ne sait pas ce qu’il veut ? Rien, justement. Le vide, ce but de certaines religions. On laisse les finitudes biologiques décider du cas algérien. L’Algérie, ce pays riche justement par ses fossiles. D’où cet étrange sens de l’expression «énergie fossile» quand on parle chez nous de politique et de légitimité. Chez nous, les lents vieillissements méditatifs donnent toujours deux produits : du pétrole au sud, et de la légitimité au nord. Donc on attend. La formule est : «une crise de succession qui dure depuis 8 ans est mieux qu’une solution qui dure six mois».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux