RSS

CONCOURS NATIONAL CONTES ET LÉGENDES DU PATRIMOINE SAHARIEN Les lauréats récompensés à Tamanrasset

26 juin 2012

Contes

Lundi, 25 Juin 2012 09:50

Par : RABAH KARECHE

La  maison de  la culture Dassine de la wilaya de Tamanrasset a abrité, jeudi dernier, la cérémonie de  remise des prix aux six lauréats  du Concours national des contes et légendes du patrimoine saharien, organisée  en marge du Festival international Abalessa-Tin Hinan pour les arts de l’Ahaggar (Fiataa), qui avait eu lieu, du 14 au 19 février dernier à Tamanrasset. Les trois premiers prix, d’une valeur de  200 000 DA chacun, ont été attribués à Chérif Abdelmadjid (conte en arabe), à Fatiha Bouhas (texte en français), et à Bettane Tedj (conte en targui).
C’est ce dernier, justement, qui a créé la surprise de la journée en subjuguant l’assistance : originaire de la Petite-Kabylie, il été récompensé pour un conte  écrit en tamashek,  histoire de  lancer un défi  aux  Tamanrassetis qui pensent que le Festival des arts de l’Ahaggar est l’apanage des touareg. M. Bettane, qui a appris la grammaire targuie, démontre qu’ils ont finalement tort et que la culture aussi riche que diversifiée de notre pays n’a pas de limites territoriales. Les lauréats du deuxième prix : Belguendouz Yacine Mohammed, Zidane Yacine et Laroussi Brahim se sont vus remettre un chèque d’une valeur de 100 000 DA chacun pour leurs contributions écrites dans les trois langues. La cérémonie s’est déroulée en présence  du commissaire  du festival, Farid Ighil Ahriz, des représentants locaux du secteur de la culture et du wali, Saïd Meziane. Dans  son  intervention, M. Meziane, visiblement courroucé, a mis l’accent sur le fait qu’aucun candidat de Tamanrasset  ne figure sur la liste des lauréats, qui sont tous originaires d’autres wilayas. “C’est  inadmissible !  Il faut s’organiser  pour s’approprier ce festival qui a été créé à l’origine  pour préserver le patrimoine culturel de cette importante région. Il faut s’impliquer directement si on veut réellement pérenniser le legs des Imouhaghs, qui constituent une bonne  partie de la mosaïque de la culture nationale dans toutes ses variétés et couleurs. On ne veut pas d’une culture ‘in-vitro’. L’État a mis le paquet pour la réussite de cet évènement culturel et c’est aux gens de la région de s’y mettre et de s’impliquer pour assurer sa continuité”. Revenant sur l’objet du jour, le wali a proposé en s’adressant au commissaire du Fiataa, de faire participer le public en tant que membre du jury dans les prochaines éditions, en organisant des lectures des contes. Le président des jurys, Kamel Saïdoun, a précisé que le choix des 6 heureux lauréats a été fait dans la transparence, parmi plus de  70 candidats (29 contes en arabe, 21 en français et 21 en tamazight).

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux