RSS

Le côté obscur du jardin par Ali Brahimi

28 juin 2012

Ali Brahimi

Le côté obscur du jardin par Ali Brahimi dans Ali Brahimi ali-brahimi-
Le 29 juin 1992, le combatif Mohamed Boudiaf, coordonnateur de la révolution du 1er Novembre, est lâchement assassiné à Annaba.

Son assassinat s’inscrit dans la longue série noire des éliminations physiques sinon d’exclusions commises sur les militants, engagés corps et âme en faveur de la liberté, depuis la naissance du mouvement national manifestement incapable d’agir autrement que par la violence au lieu d’instaurer, dés le début de son éclosion, un climat de confiance par des débats d’idées et surtout dans le cadre d’une culture démocratique permettant d’évacuer celle de la ténébreuse pensée unique, avec son intolérance et sa brutalité, qui a fait tant de mal au pays et a ses hommes forgés dans la clarté des objectifs ainsi que la sincérité de l’engagement rassembleur des forces patriotiques. A la veille de chaque 5 juillet, le peuple Algérien se rappelle de ce triste et obscur 29 juin. Un souvenir traumatisant a plus d’un titre d’autant plus que ce militant de la cause nationale a offert toute sa vie au pays afin de rassembler et consolider les rangs d’une jeunesse paupérisée, notamment depuis l’échec programmé des reformes coloniales de l’après deuxième guerre mondiale, pour que le peuple Algérien, comme un seul homme, parvienne a se libérer de l’obscurantisme des esprits et enfin sortir du trou noir colonial qui ne rayonnait que pour ses intérêts et le bonheur de ses suppôts.

Issu d’une famille dont le nom veut dire convivial, le défunt Tayeb el Watani avait connu dés son jeune age l’injustice du système colonial bâti autour du douarisme sous la coupe des Caïds chapeautés par des administrateurs coloniaux policiers, secondés par des bachaghas, contrôlant et renforçant la ségrégation (quartier indigène, arabe, négro, colon, gaouri, assimilé , etc.) sciemment entretenue par une myriade de sous-traitants autochtones (percepteurs des impôts, indicateurs : Shab tarbouche etc.) ainsi que des « notables » de quartiers a la solde du système colonial : Cheikhs, goumiers baroudeurs ( Shab el guennour oua el baroud)…

D’une manière générale, depuis notamment 1956, tous les dirigeants Algériens du CEE (comité de coordination et d’exécution) du GPRA (Gouvernement provisoire de la République Algérienne jusqu’à la fin du siècle passé, avaient connus pour leur plupart la disgrâce voire l’élimination physique comme ce fut le cas du défunt Mohamed Boudiaf.

Pendant la courte période qu’il avait passé à la présidence du Haut Comité d’Etat (du 16 janvier au 29 juin 1992), il a prodigué à son entourage d’avoir le sens de l’abnégation ainsi que celui de la mesure. A ce propos et d’après des témoignages, deux faits, parmi d’autres, méritent qu’ils soient médités. Le premier concerne l’usage des biens de l’Etat : il était horrifié du gaspillage de l’éclairage, entre autres, des résidences d’Etat et de leurs jardins. Le second : il ne permettait nullement aux autres de s’occuper de ses propres affaires. A ce sujet, il a lui-même sacrifié le bélier de l’Aïd el Kébir qui est la seule fête dont il a jouit, en Algérie, depuis l’indépendance. Il ne voulait rien changer à ses habitudes ancrées dans la culture qui a permis, à l’échelle de toute une génération, de résister aux tentations du fastueux et donc du gaspillage sous bassement de la corruption ainsi que de la dépendance

En revanche, il reconnaissait que la jeunesse Algérienne avait tous les droits de jouir des bienfaits de l’indépendance (formation, travail, loisirs, etc.). En peu de temps, le courant passer entre lui et cette jeunesse mystifiée par une école en ruine éducationnelle. Il personnifié l’espoir auprès d’une grande partie des nouvelles générations.

En effet, il a donné sa pleine confiance aux jeunes. Hélas, cela dérangeait d’autres clans, habitués au travail au noir an termes de complots, qui avaient besoin d’un homme alibi et non d’un rassembleur donnant sa main, par le geste et la parole, afin de réconcilier tous les Algériens et Algériennes en proie au désespoir. Comme la veille du 1er Novembre 1954.

En vain, le mal est profond. Demain, des gens vont se remémorer de cette obscure journée qui a provoquée une obscure décennie noire en termes de malheurs à tous les niveaux d’une société désarticulée et totalement égarée. En revanche, les dizaines de milliers de morts, torturés, déplacés, disparus…, ont dévoilé le coté obscur du système de gouvernance de l’époque.

Cela n’a pour autant suffit ni servit d’expérience aux gens encore moins qu’ils aient du recul notamment aux responsables politiques manipulés par d’autres clans qui ne reculent devant rien afin de faire fructifier leurs profits dévastateurs, en termes d’injustices criardes et d’agissements obscurs, susceptibles encore une fois de faire régresser le pays avec cette fois-ci, A Dieu ne plaise, un ténébreux et long tunnel. Certes, les temps ont changé, en termes d’idées et de puissants moyens financiers, par rapport au passé, néanmoins les dangers qui ont fait aboutir a la décennie noire (1990-2000) sont toujours aux aguets. Par conséquent, il serait hasardeur de croire que le pays est définitivement à l’abri des retournements de situation de l’Histoire. Par conséquent, la clairvoyance n’est nullement d’attendre les entassements des problèmes puis réagir en faisant semblant de les régler.

Le défunt coordinateur de la révolution novembriste, avait appris dés sa jeunesse de les anticiper et qui, hélas, l’a oublié a la fin de sa vie. Il avait confiance au jardin de la jeunesse d’Algérie. Et au processus démocratique. Repose en paix Si Mohamed tu embaumais le respect et la sympathie autour de ta personnalité. Deux qualités rares. A la fin, et tout compte fait, il vaut mieux vivre une nuit comme un lion rugissant bravant n’importe quel danger, qu’une peureuse grenouille ne cessant de croasser toute la vie dans un bosquet de roseaux à côté d’une sombre seguia d’oued !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux