RSS

Ombres et lumières Par Salim METREF

3 juillet 2012

Salim Metref

Ombres et lumières Par Salim METREF  dans Salim Metref François-hollande-Bouteflika-300x225

Mais il nous faudra maintenant écrire une nouvelle page. Celle de la reconquête de notre liberté, de l’accès à la prospérité et au développement et de la construction d’un véritable état de droit. Bonnes fêtes et gloire à nos martyrs..
Ainsi donc et selon certains observateurs de l’évolution de la relation algéro-française,  nous devrions faire preuve d’équité lorsque notre mémoire torturée nous interpelle. Et selon que l’on soit d’une rive où de l’autre de la méditerranée, la perception de ce que fut l’une des pages les plus douloureuses de notre passé ne serait plus la même. Le départ massif d’Algérie, à l’indépendance, de populations d’origines européennes, avec tout ce que le déracinement peut comporter de déchirures, serait-il donc un fait majeur de cette longue nuit coloniale dont les affres ne furent finalement subies que par les seules populations autochtones pendant plus d’un siècle ?. Et certains historiens ont sans doute bien raison de dire que l’éclairage de l’histoire de toute la colonisation est nécessaire tant la lutte pour l’indépendance nationale ne fut finalement que le segment qui cristallisa toutes les douleurs et toutes les souffrances endurées par le peuple algérien depuis 1830 et qui leur donna un sens par la perspective de l’indépendance nationale et de la liberté. Le travail des historiens doit s’accomplir et l’examen de ce tragique passé, partagé mais différemment subi, initie des opportunités de collaboration, permet de nouer des relations d’amitié et apaise parfois les mémoires tourmentées. Mais il ne libère pas les consciences car la souffrance est toujours pesante tant la douleur que fut la colonisation française de l’Algérie est réelle. Et les exactions commises contre le peuple algérien attendent toujours d’être reconnues. Le défrichement de ce passé doit également être l’œuvre d’historiens algériens car il s’agit aussi de s’émanciper de toute tutelle intellectuelle et de pouvoir enfin fournir soi-même les efforts nécessaires à l’accomplissement de ce travail gigantesque qui reste à notre portée et ce bien que tributaire aussi de la réappropriation de notre mémoire amputée par le départ massif de nos archives, y compris d’avant la colonisation, qui doivent nous être, dans un acte fondateur d’une nouvelle relation algéro-française, restituées. Mais seul l’avenir nous dira si les relations algéro-françaises seront libérées du poids du passé et du lourd contentieux de la colonisation de l’Algérie et si les prometteuses perspectives de coopération, l’amitié entre les peuples, les flux et la densité des échanges et enfin les exigences de la géopolitique imposeront le pragmatisme et la nécessité de la reconnaissance officielle. L’heure est à la célébration, à la mémoire et au souvenir de celles et de ceux qui ont consenti le sacrifice suprême pour l’Algérie. Il n’y aura de place ni pour la nostalgie du colonialisme, ni pour l’auto-flagellation, ni pour les regrets mais ni aussi pour l’autosatisfaction militante. La célébration de notre indépendance ne nous évitera pas de faire aussi le bilan de nos cinquante années d’indépendance qui reste morose et dont la responsabilité nous incombe à nous et à nous seulement. Il plombe parfois notre enthousiasme mais il ne changera pas nos convictions. L’indépendance a été acquise en 1962. Elle était inéluctable. Mais il nous faudra maintenant écrire une nouvelle page. Celle de la reconquête de notre liberté, de l’accès à la prospérité et au développement  et de la construction d’un véritable état de droit. Bonnes fêtes et gloire à nos martyrs.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux