RSS

L’Histoire et les histoires Par Maamar Farah

4 juillet 2012

Maamar Farah

Actualités : LE BONJOUR DU «SOIR»

Un lecteur m’écrit pour me reprocher d’avoir occulté un événement assez grave pour l’économie nationale dans ma dernière chronique sur l’agriculture algérienne, à savoir l’arrachage du vignoble décidé par le président Boumediène. 
Il faut savoir que cette action était salutaire et s’inscrivait en droite ligne des décisions courageuses prises par le président défunt. En raison d’une grave crise avec la France, cette dernière décide de ne plus acheter du vin algérien dont la production atteignait des records. Que faire avec des millions d’hectolitres de vin qui servait souvent de coupage au vin français ? Le peuple algérien, majoritairement musulman et peu nombreux, ne pouvait pas absorber une telle quantité de vin produite pour les besoins de la colonisation. Il faut aussi savoir que l’arrachage n’a pas touché les grands crus et les vins d’appellation garantie, comme ceux de la Trappe (Bouchaoui) ou les vins fins de Aïn Bessem ainsi que les crus de Médéa ou les rouges corsés du Zaccar. Il n’a pas touché non plus les coteaux de Tlemcen et ceux du Dahra ainsi que les grandes variétés des plaines d’Aïn Témouchent comme le Mellah… Au lieu de dénoncer cette opération, il faut en être fier !
maamarfarah20@yahoo.fr


Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/07/04/article.php?sid=136326&cid=2

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Une réponse à “L’Histoire et les histoires Par Maamar Farah”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Trente-deux ans après sa mort, il est le seul ancien président qui n’ait pas sombré dans l’oubli et dont la popularité est toujours intacte, y compris chez les plus jeunes.
    Renversé, démissionnaire (de son plein gré ou non) ou assassiné, un président algérien n’a plus droit de cité dès lors qu’il n’est plus au pouvoir. On n’en dit ni du bien ni du mal, on n’en parle pas. Cette fâcheuse tradition du système politique s’explique par la mobilisation de l’appareil de propagande officielle au profit exclusif du chef de l’État en exercice. Mérites et bienfaits ne peuvent être mis à l’actif du prédécesseur, lequel s’est vu opposer l’inévitable « rupture avec les pratiques du passé » le jour où son bail à El-Mouradia (quartier des hauteurs d’Alger qui abrite la présidence de la République) a pris fin.
    Résultat : les jeunes, scolarisés ou non, ne savent rien, ou presque, des trois personnalités qui, chaque année, à l’occasion de l’anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, le 1er novembre 1954, président, en compagnie du chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, le banquet officiel lançant les festivités. Le pas hésitant, les mains tremblotantes, la parole rare et le sourire de circonstance, Ahmed Ben Bella (1962-1965), Chadli Bendjedid (1979-1992) et Ali Kafi (1992-1994), trois des anciens présidents encore vivants – le quatrième, Liamine Zéroual (1994-1998), ayant fait le choix de s’abstenir de toute apparition publique – semblent avoir été sortis de la naphtaline pour l’occasion. En revanche, ces mêmes jeunes « citent, sans hésitation aucune, le nom de Houari Boumédiène quand on leur demande d’évoquer le nom d’un ancien président, affirme Souad Benabdallah, 43 ans, professeur d’histoire dans un lycée de la capitale. Cela ne tient pas aux connaissances acquises à l’école mais plutôt aux conversations en milieu familial. Boumédiène demeure la référence en matière d’homme d’État. »
    Posture révolutionnaire
    Il est vrai que la simple évocation de son nom provoque nostalgie chez les uns et crainte de l’uniforme chez les autres. Vice-président de la République et tout-puissant ministre de la Défense au moment de l’indépendance, en juillet 1962, ce solide Berbère, de son vrai nom Mohamed Ben Brahim Boukharrouba, natif de Guelma (350 km à l’est d’Alger), a régné sur l’Algérie jusqu’à ce qu’un mal mystérieux l’emporte, le 27 décembre 1978, à l’âge de 46 ans. Incarnation du nationalisme ombrageux, de la posture révolutionnaire, Boumédiène est le seul ancien président de la République dont le portrait orne encore le bureau du cadre ou du subalterne, le mess des officiers ou la caserne de pompiers.
    Qu’on l’aime ou qu’on l’abhorre, Boumédiène ne laisse pas indifférent. Mieux : c’est l’unique ex-président qui n’a pas sombré dans l’oubli, ni alimenté les histoires drôles et salées dont l’humour populaire gratifie les puissants, passés et présents. Paradoxalement, ce n’est pas sa longévité (Chadli Bendjedid est resté au pouvoir autant de temps que Boumédiène, soit treize ans) qui pourrait expliquer sa notoriété au sein de la jeune génération.
    Un Algérien sur deux a moins de 40 ans et n’a donc pas connu les années Boumédiène. Non seulement le système politique qu’a façonné l’ex-président lui a survécu – il ne cessait de marteler qu’il voulait des institutions qui survivent aux hommes –, mais trente-deux ans après sa mort, c’est son compagnon de lutte Abdelaziz Bouteflika, qui gouverne le pays. « La popularité de Bouteflika auprès des jeunes a indirectement contribué à maintenir vivace la mémoire de Boumédiène », explique Souad Benabdallah. Un argument que rejette son collègue et aîné Mohamed Zerdi : « Ce sont ses actes qui lui valent d’être encore dans le cœur des Algériens. C’est à lui que l’on doit plus de 80 % du potentiel industriel dont dispose l’Algérie. »
    Deux décisions majeures
    Il est vrai que d’El-Hadjar (à l’extrême est du pays), avec son immense complexe sidérurgique, à Arzew (à l’Ouest), qui abrite le premier site pétrochimique, en passant par Rouiba, dans la région d’Alger, avec ses industries mécaniques, les plus grosses unités industrielles datent des « années Boum », comme disent les nostalgiques des années 1970. « Mais Boumédiène, ce n’est pas uniquement un legs, dans le sens matériel du terme, argumente Kaddour, diplomate à la retraite, c’est aussi le souvenir d’une Algérie devenue La Mecque des révolutionnaires et des mouvements indépendantistes, et dont la voix comptait dans le concert des nations. » Dans un pays qui a adopté le slogan « Un seul héros, le peuple » pour glorifier la guerre de libération, Boumédiène a réussi à incarner l’image de celui qui, à lui tout seul, a bouté hors du pays l’ancienne puissance coloniale. Comment ? « En prenant deux décisions majeures, raconte Kaddour. Il a exigé et obtenu, en 1968, l’évacuation de la base navale de Mers el-Kébir par l’armée française, et fait nationaliser, en 1971, les sites pétroliers de Hassi Messaoud et gazier de Hassi R’mel au détriment des groupes français Total et Elf. »
    Houari Boumédiène a aussi ses détracteurs. « On paie aujourd’hui les conséquences de certaines de ses décisions, déplore Nassim Kourdoughli, 37 ans, militant associatif. Au plus fort de la crise diplomatique avec la France, à la suite de la nationalisation des hydrocarbures, Paris avait menacé de ne plus acheter de vin algérien, alors deuxième source de revenus en devises pour le Trésor public. Coup de sang de Boumédiène, qui décide l’arrachage de milliers d’hectares de vignobles, une hérésie au plan économique et une catastrophe au plan écologique, les vignes freinant considérablement l’érosion des collines. Quarante ans plus tard, on a fini par prendre la mesure des bienfaits environnementaux des ceps, mais nos vignerons n’ont pas le savoir-faire de ceux qui avaient planté les vignobles arrachés. »
    D’autres lui reprochent sa conception des libertés publiques. « Ses discours étaient ponctués de formules toutes faites, comme la suivante : “Le dernier mot revient au peuple”. Mais c’était toujours lui qui prenait la décision finale », analyse Houria, militante du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), dont le président, Saïd Sadi, a signé en 2010 un pamphlet dans lequel il accuse Houari Boumédiène d’avoir dissimulé, durant des années, les dépouilles des colonels Amirouche et Si El-Haouès, deux héros de la guerre de libération, pour d’obscures raisons de rivalités historiques.
    Outre son « socialisme spécifique » suranné, sorte d’idéologie marxiste-léniniste teintée d’arabisme forcené et de charia approximative, Houari Boumédiène est passé de mode sur une autre question. Chef d’état-major de l’Armée de libération nationale (ALN), ministre de la Défense à l’indépendance, putschiste trois ans plus tard, l’ancien président incarnait la primauté du militaire sur le civil. Cette question n’est plus de mise. C’est WikiLeaks qui nous l’apprend. Selon les confidences d’Abdelaziz­ Bouteflika à un émissaire de la Maison Blanche, « en Algérie, les généraux obéissent aux civils ». C’est définitif : Boumédiène n’est plus de ce monde.

    Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Que reste-t-il de Boumédiène ? | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux