RSS

La parfumeuse : un livre-choc pour célébrer le 50è anniversaire de l’indépendance

5 juillet 2012

MOHAMED BENCHICOU

En exhumant la vie d’Émilie Busquant, ce roman célèbre à sa façon le 50e anniversaire de l’indépendance algérienne dont il révèle qu’elle fut, avant tout, le fruit d’un élan internationaliste puissant et généreux.

 

 

C’est l’histoire que ne raconteront pas les historiens parce qu’elle échappe à la raison, aux rigueurs de l’esprit et aux chronologies froides.

Au début des années 20, un jeune homme fraîchement débarqué de Tlemcen, tombe amoureux, à Paris, d’une jeune fille de 20 ans venue de Lorraine et qui rêvait de devenir une seconde coco Chanel mais qui restera, pour nous Algériens, la femme sans laquelle rien n’aurait été possible, ni l’Étoile nord-africaine, ni le PPA, ni tout ce qui est venu après.

Ce roman, c’est l’histoire que ne raconteront pas les historiens.
Ainsi commence l’histoire de notre délivrance. Un peuple colonisé depuis 1830, entrait dans la voie de la libération grâce à une histoire d’amour : il venait de trouver son enfant terrible et la future mère de sa propre liberté, celle-là qui sera évincée d’une histoire qu’elle a pétrie de ses propres mains.
Émilie Busquant a rédigé le premier texte revendiquant l’indépendance pour l’Algérie en 1927. Aux côtés du futur leader du nationalisme algérien, Messali Hadj, elle a permis au premier parti indépendantiste algérien, l’Étoile Nord-Africaine, de prendre son envol. Elle a conçu et confectionné le drapeau algérien qu’on connaît aujourd’hui. Elle a dû diriger seule le parti du peuple algérien, en 1937, quand la direction fut incarcérée. Elle a déjoué une tentative de collaboration entre le PPA et Hitler… Jusqu’à la fin, elle imposera l’idée d’indépendance en livrant bataille aux assimilationnistes, aux colonialistes et aux courtisans. Elle s’est battue pour l’indépendance de ce pays quand l’élite algérienne ne revendiquait que le rattachement à la France.

Émilie ne cherchait pas à ce qu’il y avait de meilleur dans la France, sa patrie ; elle cherchait le meilleur dans l’indépendance.

La parfumeuse est une de ces légendes du coeur fondatrices de l’histoire, une de ces épopées de l’amour qui furent la cause de tout, au début de tout, mais qui ne sont transcrites nulle part car décrétées étrangères à la raison, aux chronologies froides et aux rigueurs de l’esprit. L’histoire officielle des peuples préfère les amnésies sentencieuses, les augustes menteries et les fables imposantes.

La parfumeuse par Mohamed Benchicou

Disponible à Alger dès le 28 juin (Editions Koukou) – 650 DA

 Disponible en France dès le 26 juin – Editions Riveneuve -

75 Rue de Gergovie – Paris 14 -  18 euros

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux