RSS

Suzanne au pays des merveilles : 50 ans de Viva l’Algérie !

5 juillet 2012

Non classé

Suzanne au pays des merveilles : 50 ans de Viva l’Algérie ! Rachid-Makhloufi

PUBLIE LE : 05-07-2012 | 00:00 | PAR suzanneamokrane@yahoo.fr

C’est dans la douleur qu’on ravive les couleurs. C’était le cas des héros de l’équipe du FLN, lorsqu’ils avaient fui la France et leurs club respectif, alors qu’ils étaient considérés comme de véritables stars, à l’image de Mustapha Zitouni et Rachid Mekhloufi,

Mustapha-zitouni Belloumi

pour aller à travers les pays qui voulaient soutenir leur cause, dénoncer avec un ballon de cuir, toutes les balles et les bombes de cuivre qui massacraient leurs compatriotes dans cette affreuse «Algérie française». Aujourd’hui qu’on fête 50 ans d’indépendance, j’aimerais avoir une pieuse pensée pour tous ceux qui ont contribué à libérer notre cher et beau pays. A tous ceux qui ont aidé à la construction de l’Algérie, même s’il reste encore beaucoup à faire. J’aimerais adresser mes remerciements les plus sincères aux vaillants chouhada surtout, eux qui n’ont pas eu la chance de voir le drapeau algérien pour lequel ils ont sacrifié leurs vies flotter aujourd’hui parmi ceux des plus grandes nations. Ah, si je pouvais leur raconter ce qui s’est passé après leur départ… Leur dire qu’en 1975, on a encore battu la France, qu’en 1978 on a eu la médaille d’or aux Jeux Africains qu’on avait accueillis, qu’en 1982, on a ridiculisé l’Allemagne au Mondial espagnol, puis gagné la CAN en 1990 dans un stade plein à craquer, baptisé pour l’éternité 5-Juillet 1962. Cela après avoir décroché deux fois le Ballon d’Or africain par Belloumi et Madjer et que malgré une guerre terrible qui nous a profondément secoués, nous sommes parvenus à relever la tête, rageusement et fièrement, comme ils nous l’ont appris. Ils seraient sans doute heureux de voir autant de drapeaux algériens flotter à travers la planète, entre les mains de jeunes souvent nés à l’étranger, mais qui n’ont jamais renié leurs origines algériennes. Ils seraient surtout fiers de voir leurs petits-enfants aimer l’Algérie aussi fort qu’eux et que chaque Algérien à qui on dit «One, two, Three», répondra avec un large et fier sourire, «Viva l’Algérie !» Qu’ils reposent en paix.

, , ,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

6 Réponses à “Suzanne au pays des merveilles : 50 ans de Viva l’Algérie !”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Rachid Mekhloufi (ou Mekloufi), né le 12 août 1936 à Sétif (Algérie), est un ancien footballeur français puis algérien devenu entraîneur. Il est aussi le grand-oncle du medecin-écrivain Samy Mekhloufi et de sa sœur Sabrina Desquiens Mekhloufi, poêtesse. Il a joué avec l’équipe de france en 1956, avant de rejoindre en 1958 l’équipe du FLN1.

    Biographie

    Rachid Mekhloufi fut l’un des meilleurs joueurs algériens ayant principalement évolué dans le championnat de France. Il rejoint la Métropole en 1954 sur les conseils du joueur stéphanois Setboum qui le recommande à Jean Snella. Ce dernier convoque le joueur de dix-huit ans pour un essai. Une demi-heure plus tard, Rachid Mekhloufi est engagé.
    Il joue avec les Verts et dispute quatre matches avec l’équipe de France A entre 1956 et 1957. Il est reconnu comme l’un des meilleurs espoirs du football français. Quelques semaines avant la Coupe du monde 1958, Rachid rejoint l’équipe de football du FLN le 14 avril 1958 sur la sollicitation de Mokhtar Arribi(ex-Lens) et Abdelhamid Kermali (Olympique Lyonnais). Ce départ se fait peu après le match Monaco-Angers, qui regroupe cinq candidats au départ. La Guerre d’Algérie explique cette décision qui touche également d’autres joueurs algériens du championnat français. Avec l’équipe du FLN, Rachid dispute des matches de gala à travers le monde afin d’aider la cause algérienne2.
    En 1962, la Guerre d’Algérie s’achève et l’équipe du FLN se disloque en mars 1962. Mekhloufi ne peut pas revenir tout de suite en France et se fait engager au Servette de Genève par l’ancien et futur entraîneur de Saint-Étienne, Jean Snella. Il suit alors Jean Snella et retrouve ainsi les Verts. Certains s’inquiétaient des réactions du public face à ces joueurs mais cette dernière fut positive3.
    Il devient entraîneur à Bastia en occupant un poste d’entraîneur-joueur. Il abandonne ensuite sa carrière de joueur pour devenir sélectionneur de l’équipe d’Algérie. Il fut même brièvement président de la Fédération algérienne en 1988.
    Il faut noter que Rachid Mekhloufi n’a jamais reçu de carton lors de sa carrière4.

    Carrière

    19??-1954 : USM Sétif Algérie
    1954-1958 : AS Saint-Étienne France
    1962 : Servette FC Suisse
    1962-1968 : AS Saint-Étienne France
    1968-1970 : SC Bastia France

    Palmarès

    Palmarès (joueur)
    Champion du monde militaire en 1957 à Buenos Aires
    Champion de France en 1957, 1964, 1967 et 1968 avec Saint-Étienne
    Vainqueur de la Coupe de France en 1968 avec Saint-Étienne
    Champion de L2 en 1963
    Vainqueur du Trophée des Champions en 1967 avec Saint-Étienne
    Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1958 avec Saint-Étienne
    4 sélections en équipe de France
    11 sélections (2 buts) en équipe d’Algérie
    40 sélections avec l’équipe du FLN de football
    AS Saint-Étienne : meilleur buteur du club (116 buts toutes compétitions confondues) devant Hervé Revelli (107 buts) et devant le Malien Salif Keïta (105 buts)5.

    Palmarès (entraineur)
    Médaille d’Or des Jeux méditerranéens 1975 à Alger avec l’Équipe d’Algérie
    Médaille d’Or des Jeux Africains 1978 à Alger avec l’Équipe d’Algérie
    Participation à la Coupe du Monde 1982 en Espagne avec l’Équipe d’Algérie
    Pour aller plus loin
    Entretiens de Rachid Mekhloufi (vidéos) évoquant sa carrière de joueur et d’entraîneur, ainsi que son engagement avec l’équipe de football du FLN en 1958.
    L’équipe du FLN, la plus belle aventure du football algérien
    Source[modifier]

    Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), l’Harmattan, 1997

    Notes et références

    ↑ Rachid Mekhloufi: le footballeur des deux rives [archive]
    ↑ Quand le FLN recrutait des footballeurs, Simon Roger, Le Monde, 13-14 avril 2008, page 3.
    ↑ Rachid Mekhloufi, l’inoubliable [archive]
    ↑ Larqué Foot – RMC, le 29/01/2010
    ↑ Source asse-stats.com [archive]
    Liens externes

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Mustapha Zitouni
    est l’un des plus grands footballeurs de tout les temps, d’un homme qui est entré dans la légende par la plus grande porte, d’un exemple à suivre pas seulement pour les sportif mais pour toute personne, cet homme c’est Mustapha Zitouni, un figure emblématique de l’équipe du FLN, et un des grands noms qui ont porté les couleurs du RCK.

    Si l’on devait parler de Mustapha Zitouni il faudrait un livre, mais nous nous contenterons d’un article paru dans le quotidien El Watan du 9 avril 2008 écrit par Yazid Ouahib :

    http://www.elwatan.com/Mustapha-Zitouni-Il-etait-l-un-des

    Nous voudrions avant de terminer reprendre deux phrases, la première de Mustapha Zitouni en 1958 : « J’ai beaucoup d’amis en France, mais le problème est plus grand que nous. Que faites-vous si votre pays est en guerre et que vous êtes appelé? « , et la seconde de son fils lors de l’émission consacrée au 50èm anniversaire de l’équipe du FLN : « Je suis entouré de monuments du sport et du devoir national ; et comme tous les monuments, on ne doit pas les laisser tomber en ruine ».

    N’oublions pas que cet homme surnommé « Monsieur Football », et qui fait partie de ces ambassadeurs qui avaient porté les échos de la Révolution algérienne aux quatre coins de la planète, souffre dans l’anonymat et l’indifférence à Nice, nous lui souhaitons un bon anniversaire en espérant qu’il ira un peu mieux.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Mustapha Zitouni est un footballeur franco-algérien né le 19 octobre 1928 à Alger. Il évoluait au poste de défenseur. Il a joué à Cannes et Monaco et a été sélectionné en équipe de France.
    En 1958, comme Mekloufi, Brahimi ou Ben Tifour, il a rejoint l’Équipe de football du FLN représentant le FLN, mouvement luttant pour l’indépendance de l’Algérie. Ce onze de l’indépendance, véritable équipe nationale algérienne avant la lettre bien que non reconnue par les instances internationales du football, a joué de nombreux matchs amicaux.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Carrière de joueur
    Stade français ( France)
    1953-1954: AS Cannes ( France)
    1954-1958: AS Monaco ( France)
    1958-1962: Équipe de football du FLN
    1964-1967: RC Kouba Algérie (entraîneur-joueur)
    Palmarès[modifier]

    International français en 1957 et en 1958 (4 sélections)
    International algérien en 1963 et en 1964 (7 sélections)
    Finaliste de la Coupe d’Algérie en 1966 avec le RC Kouba
    Sources

    Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), l’Harmattan, 1997.
    (fr) Fiche du joueur sur le site de la FFF
    (fr) article du journal El Watan, édition du 9 avril 2008

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Lakhdar Belloumi, (arabe : لخضر بلومي) né le 29 décembre 1958 à Mascara, est un ancien footballeur international algérien.
    Sacré Ballon d’or africain en 1981, il est considéré comme le meilleurs joueurs algériens de tous les temps1, et l’un des meilleurs au niveau africain et mondial, Il est l’inventeur de la Passe aveugle 2,3. Il formait avec Salah Assad et Rabah Madjer, le trio de joueurs excellents techniquement de l’équipe nationale d’Algérie des années 1980 qui a particulièrement marqué le football algérien4. Il a été élu quatrième footballeur africain du siècle derrière George Weah, Roger Milla et Abedi Pelé5.

    Biographie[modifier]

    Jeunesse et début de carrière[modifier]
    Né dans une famille modeste au Faubourg Faidherbe à Mascara, Lakhdar est le cadet des fils de Si Bachir Belloumi, ouvrier agricole. Il signe sa première licence à 14 ans au sein de la catégorie minime de l’Olympique Sempac de Mascara, équipe d’une entreprise nationale évoluant à l’époque en DH. Un an plus tard il est repéré pour être surclassé chez les cadets. À 16 ans, il est titularisé en équipe senior, son premier match contre El-Amria d’Oran se solde par une victoire 3-0.
    À 17 ans il doit s’exiler à 150 km du foyer familial pour signer au SCAF El-Khemis en Division 2. Son choix aurait été guidé par le besoin d’alléger la charge de son père en ramenant un revenu supplémentaire à la famille, et surtout par la fait que pour opter pour le Ghali Club de Mascara, la licence B est de rigueur. Cette même année il est convoqué en Équipe nationale algérienne Junior aux côtés déjà de Merezkane, Kaci-Saïd et Madjer.
    Un an plus tard il revient dans sa ville natale pour intégrer le GC Mascara. Puis il rejoint le MC Oran sous les ordres de Saïd Amara, une année après son retour à Mascara.
    Révélation[modifier]
    Au MC Oran, il évolue aux côtés de Miloud Hadefi, Sid Ahmed Belkedrouci ou encore Tedj Bensaoula. Cette saison il finit meilleur buteur du championnat avec 11 buts avant d’être convoqué en équipe nationale A. Il n’a pas encore 20 ans quand il s’impose déjà comme un titulaire indiscutable au sein de l’échiquier de l’entraîneur Rachid Mekhloufi6. Il finit la saison avec 3 buts en 9 sélections.
    En 1979/1980, il rejoint le MC Alger dans le cadre de son service militaire qu’il effectue à Alger où il jouera deux saisons le temps qu’il termine son service.
    En décembre, il est le meneur de l’équipe nationale d’Algérie qui battra le Maroc 5-1 à Casablanca et 3-0 à Alger lors des qualifications aux Jeux olympiques.
    Belloumi l’africain[modifier]
    En mars 1980, il emmène l’équipe nationale7 jusqu’en finale de la CAN pour la première fois de son histoire et malgré la défaite face au pays organisateur, en l’occurrence le Nigeria, au stade du Suruleré il sera élu meilleur attaquant du tournoi8. En juillet, ce sont les Jeux olympiques de Moscou où il se distingue menant l’Algérie en quarts de finale se faisant ainsi connaître sur le plan international [1]. En septembre, il souffre de sa première grande blessure, face à l’USM El Harrach qui l’éloigne des terrains pendant quatre mois, le contraignant à une opération du ménisque. Il manque les quarts de finale du MPA face au Canon Yaoundé de Thomas N’Kono.
    Son retour en 1981 est décisif9 en équipe nationale puisque après un doublé face au Niger et un autre face au Burkina Faso, il participe à la qualification au Mondial 1982 inscrivant un but lors de chacune des deux parties face au Nigeria au mois d’octobre. Il reçoit un Ballon d’or africain remis par France Football avant la rencontre retour contre le Nigéria à Constantine où il marque le premier but, l’Algérie sortant vainqueur par deux buts à un. Bien que convoité par de grands clubs tels que le FC Barcelone, le Paris SG, la Juventus de Turin et le grand Real Madrid dès années 1980 [2], il retourne chez lui en signant au modeste GC Mascara lors de la saison 1981-1982.
    Coupe du monde de football 1982[modifier]
    L’année 1982 débute mal, puisqu’à la CAN, Belloumi est gêné par une pubalgie. Trois mois plus tard c’est le Mondial en Espagne de 1982 où il marque le but de la victoire (2-1) face aux Allemands de l’Ouest champions d’Europe en titre, le 16 juin 1982. La rencontre suivante, entre l’Allemagne de l’Ouest et l’Autriche donne lieu à un non-match retentissant surnommé par la suite « Le match de la honte ». Une victoire 1-0 de l’Allemagne de l’Ouest permet aux deux équipes de se qualifier et a pour conséquence l’élimination de l’Algérie. Certaines voix dénoncent un accord entre les deux équipes. Pour éviter que ce genre de problème puisse se renouveler, la FIFA décide qu’à l’avenir, les deux derniers matchs de chaque groupe auront lieu en même temps10. Ce principe est plus tard étendu aux derniers matchs des phases de qualification.
    Les sollicitations pleuvent pour le maestro algérien, mais le règlement de la Fédération algérienne de football interdisait à l’époque tous joueur Algérien de moins de 28 ans de quitter le pays pour un club étranger sans une autorisation spéciale, sur décision du président de l’époque Chadli Bendjedid.
    En juillet, il est sélectionné dans l’équipe du reste du monde aux côtés de Zico, Sócrates ou encore Falcão pour jouer contre les meilleurs joueurs européens à New York11, il marque, à Dino Zoff le gardien italien champion du monde 1982, l’un des deux buts de son équipe tout en jouant les 90 min, Maradona, lui, ne jouant qu’une mi-temps. Pélé, très impressionné par l’incroyable talent de Belloumi lui aurait dit ces mots en fin de partie « you are a great player »12.
    Longue carrière[modifier]

    Belloumi, Champion d’Algérie avec le MC Oran en 1988
    Debout de G à D : Belatoui – Lebbah – Benchiha – Bot – C. El-Ouazzani
    Assis de G à D : Foussi – Mecheri – Belloumi – Meziane – Maroc – Sebbah

    Lakhdar Belloumi, champion d’Algérie avec le GC Mascara en 1984

    Belloumi, capitaine d’équipe du GC Mascara
    Le 15 mars 1985 à Tripoli, lors de la manche retour de la Coupe des Clubs Champions. Il se fait casser la jambe par le libéro d’Al Ittihad Tripoli Abu-Bakr Bani qui l’aurait déjà menacé à Mascara13. Il revient sur les terrains six mois plus tard. Il est au rendez-vous avec son club dès le mois de septembre et surtout avec l’équipe nationale. Son « Come-back » pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du Monde face à la Tunisie est comme cinq ans auparavant à Casablanca marqué par une victoire 4-1 à l’extérieur et 3-0 à domicile.
    En 1986 l’équipe du Real Murcie qui joue en première division espagnole tente de le recruter, mais les négociations échouent. Lakhdar signe par la suite au MC Oran (MCO) pour y décrocher son deuxième titre de champion d’Algérie. La CAN 1988 qu’il prédit déjà comme sa dernière prestation, il est deux fois buteur dans le tournoi, mais il rate pourtant le dernier tir au but en demi-finale face au Nigeria. Il termine quand même meilleur buteur du tournois avec Roger Milla, Abdoulaye Traoré et Gamal Abdel Hamid.
    Après la coupe d’Afrique des nations, il signe son seul contrat professionnel de sa carrière dans un club étranger au Qatar avec le prestigieux club Al-Arabi Sports Club ou il terminera quatrième au classement du championnat.
    Il retourne après au MC Oran où il essaie de décrocher le titre de coupe d’Afrique des clubs champions actuellement CAF ligue des champions mais le club sera battu en finale aux tirs aux buts contre le Raja CA Casablanca.
    Belloumi qui brille avec le MCO8,14 est écarté par Abdelhamid Kermali lors de la phase finale de la coupe d’Afrique en 1990 à Alger car en décembre 1989, lors du fameux-Égypte-Algérie décisif pour la coupe du monde, match perdu par 1 à 0, il fut injustement accusé par les médias égyptiens d’avoir blessé un médecin égyptien, alors qu’il se trouvait au 7e étage de l’hôtel en compagnie justement de Kermali. Ce dernier mit 20 ans pour affirmer que Belloumi était avec lui lors de l’incident dont le coupable était Kadri, le gardien remplaçant. Déjà, le courant ne passait pas entre Belloumi en Kermali qui l’écarta carrément de l’équipe nationale et ce fut la longue traversée du désert pour la sélection algérienne avec l’affaire Kharouf (JSK) et le fameux discours de Kermali  » El mouhim, hiya el moucharaka » c’est-à-dire l’essentiel est d’y participer 15,16.
    Sa dernière saison avec le grand club du MC Oran se termine en 1993/1994 avant de rentrer définitivement dans sa ville natale pour y jouer encore cinq saisons à l’échelon inférieur avant de raccrocher définitivement en 1999 à l’âge de 40 ans. Rongé par le démon du football et courtisé par l’ASM Oran, il signa pour cette formation pour 6 mois. L’année d’après, il rempila pour le RCG Oran.
    Ses participations en Équipe d’Algérie[modifier]
    Lakhdar Belloumi est l’un des rares joueurs au monde à avoir joué avec toutes les catégories nationales, il commence en 1974 avec les cadets, passant par les juniors en 1977, l’équipe olympique en 1979 ainsi que l’équipe militaire en 1979 aussi. Avec l’équipe A, il totalise un chiffre record de 147 sélections de 1978 à 1989 faisant de lui le joueur le plus capé de l’équipe nationale d’Algérie, durant cette période, il va inscrire 34 buts et sera jusqu’à nos jour le deuxième meilleur buteur de l’histoire de l’équipe derrière Abdelhafid Tasfaout (35 buts). Avec l’équipe A, il participera à 17:
    2 coupes du monde : Espagne 1982 (1er tour), Mexique 1986 (1er tour)
    1 tournois des jeux olympiques : Moscou 1980 (quart de finale)
    4 coupes d’Afrique des nations (Nigeria 1980 (finale), Libye 1982 (quatrième), Côte d’Ivoire 1984 (troisième), Maroc 1988 (troisième)
    2 tournois des jeux Méditerranéens : Split 1979 (troisième), Casablanca 1983 (1er tour)
    Carrière d’entraîneur[modifier]
    Il passe ensuite ses diplômes d’entraîneur en Allemagne. Il entame sa carrière sur les bancs de touche au MC Oran (MCO) durant quelques mois avant d’être nommé Manager Général à l’USM Bel-Abbès. En 2003, il est engagé par le club qatari d’Al-Tadamon Club actuellement Umm-Salal SC en deuxième division mais il ne reste qu’un petit mois alors que son club était en deuxième position. Revenu au pays il réintègre les rangs du GC Mascara au poste de Manager réussissant la montée ce qui n’était plus arrivé depuis 1987. On lui confie la barre technique à l’entame de la saison 2004/2005 avant de la lui retirer. Deux mois plus tard il est appelé par Ali Fergani pour le seconder à la tête de l’équipe nationale algérienne.
    Palmarès[modifier]

    Personnel[modifier]
    Meilleur buteur du championnat d’Algérie en 1978 avec le MC Oran avec 11 buts
    Prix de l’Ours du 3e meilleur joueur au tournoi de football des Jeux méditerranéens 1979 à Split
    Meilleur attaquant de la Coupe d’Afrique des nations en 1980 au Nigeria
    Sacré Ballon d’Or africain en 1981
    3e joueur africain de l’année (Ballon de Bronze africain) en 1982
    Élu 2e meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations 1984 en Côte d’Ivoire
    3e meilleur buteur de la Coupe d’Afrique des nations 1984 en Côte d’Ivoire avec 2 buts
    Meilleur buteur de la Coupe d’Afrique des nations 1988 au Maroc avec Roger Milla, Gamal Abdel-Hamid et Abdoulaye Traoré avec 2 buts
    Record de Sélection avec l’Équipe d’Algérie avec 147 matchs (matchs reconnus et non reconnus par la FIFA)
    2e meilleur buteur de l’histoire de l’Équipe d’Algérie avec 34 buts derrière Abdelhafid Tasfaout (35 buts)
    Élu 4e joueur africain du siècle18
    Prix du Mérite accordé par la Confédération africaine de football suite à son parcours footballistique exceptionnel (2008)
    Prix du Mérite accordé par le Journal El-Chourouk suite à son parcours footballistique exceptionnel (2008)
    Élu meilleur footballeur algérien du 20e siècle (avec Rabah Madjer) selon le journal El-Haddaf (décembre 2009)
    Avec les clubs[modifier]
    Champion d’Algérie en 1984 avec le GC Mascara et en 1988 avec le MC Oran
    Vice-Champion d’Algérie en 1987 et 1990 avec le MC Oran
    Finaliste de la Ligue des Champions d’Afrique en 1989 avec le MC Oran
    Finaliste de la Ligue des Champions Arabe en 2001 à Doha avec le MC Oran (comme entraineur)
    Avec l’Équipe Nationale d’Algérie[modifier]
    Médaille de Bronze aux Jeux méditerranéens 1979 à Split
    Finaliste de la Coupe d’Afrique des Nations 1980 au Nigeria
    Participation aux Jeux Olympiques d’Été 1980 à Moscou (Quart de Finaliste)
    Participation à la Coupe du Monde en Espagne 1982 et au Mexique 1986
    Troisième en en Coupe d’Afrique des Nations 1984 en Côte d’Ivoire et en 1988 au Maroc
    Participation à la Coupe du monde de futsal 1989 au Pays-Bas
    Élue Équipe africaine de l’Année en 1980, 1981 et 1982
    Élue Meilleure Équipe africaine des années 1980
    Bibliographie[modifier]

    Le seul livre qui retrace toute la vie du footballeur Lakhdar Belloumi a pour titre Lakhdar Belloumi, un footballeur algérien, par Hamid Grine, Édition Enal – Alger, 1986. Ce livre a été tiré à plus de 20 000 exemplaires, malheureusement l’édition est en rupture de stock19.
    Notes et références[modifier]

    ↑ – Interview Lakhdar Belloumi – goal.com [archive]
    ↑ Les chroniques de Laurent Lasne – letierslivre [archive]
    ↑ El Moudene : Le toucher de ballon de Redondo et la passe à l’aveugle de Belloumi – lebuteur.com [archive]
    ↑ Goal Programme – Fédération Algérienne de Football – 2003 [archive], FIFA.com (Janvier 2007).
    ↑ Classement des Joueurs africains du Siècle – IFFHS [archive]
    ↑ Document sans nom [archive]
    ↑ Il a marqué, plusieurs buts, voir les matchs, ENTV
    ↑ a et b All Africa [archive]
    ↑ All Africa [archive]
    ↑ Mondial 1982 : un joueur allemand s’excuse pour l’élimination de l’Algérie [archive], Afrik.com, 8 janvier 2007, par Saïd Aït-Hatrit.
    ↑ Voir le match
    ↑ voir le livre de Mr Hamid Grine, Digne d’un grand de l’histoire du football
    ↑ Entv, Algérie
    ↑ voir l’histoire du MCO
    ↑ Kermali raconte ses 60 ans de football – lebuteur [archive]
    ↑ Belloumi : Kermali m’a privé de la CAN 90 et je n’ai rien dit – algerie360 [archive]
    ↑ Statistiques de Lakhdar Belloumi avec l’EN – dzfootball [archive]
    http://www.iffhs.de/?b40f8ca85bd0e027e8f05f5cfc5ffcc81314a433ccd40385fdcdc3bfcdc0aec7cdeedb8a3f0e03790c443e0f40390415 [archive]
    ↑ El Waten,Bachir Mebarek [archive]

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Rabah Madjer est un ancien footballeur algérien, né le 15 décembre 1958 à Alger.
    Il a joué en tant qu’attaquant en Algérie et dans plusieurs clubs européens et a remporté notamment une Coupe des clubs champions avec le FC Porto. Il a participé à deux coupes du monde et remporté la Coupe d’Afrique des nations en 1990 avec l’équipe d’Algérie. En 1987, Rabah Madjer reçoit le Ballon d’or africain, récompensant le meilleur footballeur africain de l’année. Il est l’un des meilleurs joueurs algériens de l’histoire, il a été élu cinquième footballeur africain du siècle derrière George Weah, Roger Milla, Abedi Pelé et Lakhdar Belloumi1.

    Carrière[modifier]

    En club[modifier]
    Rabah Madjer effectue ses débuts au NA Hussein Dey. Le club remporte la Coupe d’Algérie en 1978-1979 et atteint la finale de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe2,3. En 1983, Madjer poursuit sa carrière en Europe. Il est recruté par le RC Paris, qui évolue alors en 2e division. Le club remonte en 1re division à l’issue de la saison 1983-1984, durant laquelle l’attaquant algérien inscrit 20 buts en 27 rencontres4. Il évolue ensuite au FC Tours et est transféré au FC Porto en 1986 ou il a joué 108 matches et inscrit 50 buts.
    En 1987, les Portugais remportent la Coupe des clubs champions face au Bayern Munich. Durant la finale, Madjer inscrit un but d’une sorte de talonnade qui restera en mémoire comme étant une « Madjer » et donne une passe décisive pour son coéquipier Juary. Le FC Porto dispute la Coupe intercontinentale face au CA Peñarol, vainqueur de la Copa Libertadores. Madjer inscrit le but vainqueur durant la prolongation1. Au terme de la saison, l’attaquant reçoit le Ballon d’or africain, qui récompense le meilleur joueur de football africain de l’année5.
    Madjer effectue un bref passage dans le championnat d’Espagne au Valence CF où il a joué 14 matches et inscrit 4 buts, avant de retourner à Porto. Il se dirige ensuite au Qatar pour signer au Al-Rayyan Club pour la saison 1991-1992 où il met un terme à sa carrière de joueur.
    En équipe nationale[modifier]
    Madjer compte 87 sélections en équipe d’Algérie. Il a marqué 31 buts sous le maillot national[réf. nécessaire]. Madjer honore sa première sélection durant les Jeux Africains de 1978. Deux années après, il prend part au tournoi de football des Jeux olympiques, durant lequel l’Algérie atteint les quarts de finale. Au premier tour, il signe un but face à la Syrie6,7.
    Madjer dispute deux Coupes du monde avec l’Algérie. En 1982, l’attaquant est titulaire lors des trois matches disputés par sa sélection au premier tour. Il ouvre la marque lors de la rencontre opposant l’Algérie à l’Allemagne de l’Ouest, match remporté par les « Verts » sur le score de 2-1. Pour sa première participation, l’Algérie est éliminée à la différence de buts8. Madjer est également titulaire en 1986, il dispute les trois matches du premier tour7. Madjer prend part à la Coupe d’Afrique des nations 1990, organisée en Algérie. Il est nommé capitaine de l’équipe d’Algérie, qui remporte le tournoi en battant le Nigeria en finale6. Il est élu meilleur joueur du tournoi.
    En tant qu’entraîneur[modifier]
    Rabah Madjer est nommé sélectionneur national en 1994, mais l’équipe d’Algérie manque la qualification pour la Coupe du monde 1994 et la Coupe d’Afrique des nations. En conflit avec la fédération algérienne, il retourne au Portugal afin d’entraîner les équipes de jeunes du FC Porto. Après un passage au Qatar, où il entraîne le club d’Al-Wakrah, il occupe de nouveau le poste de sélectionneur national entre 2001 et 2002. Lors de la Coupe d’Afrique des nations 2002, l’Algérie est éliminée au premier tour. En décembre 2005, il prend la succession de Luis Fernandez à la tête du club qatari d’Al Rayyan, mais est remercié au bout de quelques mois1,6.
    Un geste pour la postérité[modifier]

    En 1987, lors de la finale de la Coupe des clubs champions, Rabah Madjer inscrit un but en laissant le ballon passer entre ses jambes et en le reprenant d’une talonnade derrière la jambe d’appui. Le joueur algérien a donné son nom à ce geste technique9,1, qui est depuis repris par d’autres footballeurs.
    Activités en dehors du football[modifier]

    Rabah Madjer n’est plus consultant sur la chaîne qatarie Al Jazeera Sport1. Récemment il a rompu son contrat avec Al Jazeera. Il est de nos jours consultant pour la chaîne TV Al Arabiya.
    Palmarès[modifier]

    En tant que joueur
    Avec NA Hussein-Dey :
    Vice-champion d’Algérie en 1976 et 1982 ;
    Vainqueur de la Coupe d’Algérie en 1979 ;
    Finaliste de la Coupe d’Algérie en 1977 et 1982 ;
    Finaliste de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe en 1978.
    Avec le FC Porto :
    Vainqueur de la Ligue des champions en 1987 ;
    Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1987 ;
    Vainqueur de la Supercoupe d’Europe en 1987 ;
    Champion du Portugal en 1986, 1988 et 1991;
    Vainqueur de la Coupe du Portugal en 1988 et 1991 ;
    Vainqueur de la Supercoupe du Portugal en 1986, 1990 et 1991.
    avec le Qatar SC :
    Vice-champion du Qatar en 1993

    avec l’équipe d’Algérie :
    Vainqueur des Jeux Panafricains en 1978
    Médaillé de bronze aux Jeux panarabes en 1985
    Finaliste de la Coupe d’Afrique des nations en 1980.
    Participation à la Coupe du monde en 1982 et 1986
    Vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations en 1990.
    Vainqueur de la Coupe Afro-asiatique des Nations en 1991
    Récompenses personnelles[modifier]

    Sacré Ballon d’or africain en 1987
    Meilleur buteur de la Ligue des champions de l’UEFA en 1988
    5e meilleur joueur africain du siècle10
    Élu meilleur footballeur algérien du xxe siècle (avec Lakhdar Belloumi) en décembre 2009
    ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco
    remporte le Pied d’Or à Monaco 2011
    Liens externes[modifier]

    Biographie de Rabah Madjer sur le site de la FIFA
    Biographie de Rabah Madjer sur afterfoot.fr
    Rabah Madjer, invité de l’émission Luis Attack (RMC, le 17/05/2011)
    Références[modifier]

    ↑ a, b, c, d et e « Rabah Madjer, ancienne star du football algérien » [archive], Jeune Afrique, 3 décembre 2006
    ↑ (en) Algeria 1978/79 [archive] sur le site de la RSSSF
    ↑ (en) African Club Competitions 1978 [archive] sur le site de la RSSSF
    ↑ Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997) [archive], L’Harmattan, 1998, p.78 (ISBN 2738466087)
    ↑ (en) African Player of the Year 1987 [archive] sur le site de la RSSSF
    ↑ a, b et c (en) « African legends: Rabah Madjer » [archive], BBC, 1er septembre 2003
    ↑ a et b Rabah Madjer [archive] sur le site de la FIFA
    ↑ (en) « 1982: Algeria shock the world » [archive], BBC, 27 mai 2002
    ↑ « Un geste pour la postérité » [archive], FIFA, 11 janvier 2007
    http://www.iffhs.de/?b40f8ca85bd0e027e8f05f5cfc5ffcc81314a433ccd40385fdcdc3bfcdc0aec7cdeedb8a3f0e03790c443e0f40390415 [archive]

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux