RSS

Les jeunes retraités

8 juillet 2012

Boutaraa Farid

Auteur    : boutaraa farid
E-mail    : bakadi44225@yahoo.fr

Les jeunes retraités

Ils sont des milliers à Ain-Defla et des millions en Algérie à être mis en retraite sans jamais travailler .Ce sont les nouveaux vieux de cette Algérie qui leur tourne  le dos et qui les considère comme un fardeau .Ce sont nos enfants qui n’ont rien vu et qui ne verront rien, car tout est vendu dans ce bled ,où pour vivre il faut être un bandit. 

Ils sont si nombreux que même le ministère  du travail et de la solidarité n’a même pas les chiffres exacts des enfants errants qui n’ont ni toit ni parents et qui ont préféré la mendicité et la rue comme refuge. Pourquoi cette misère qui ne dit pas son nom ? Et est-ce que nos enfants sont vraiment exigeants et pointilleux ? Il nous semble que nos responsables
aiment la formule « tout va bien » et qu’ils n’ont pas assez d’argent pour faire travailler tout ce monde, ajoutant à cela l’indifférence de nos jeunes envers les tâches un peu rudes. En plus certains de nos responsables vont loin en taxant ces jeunes de désoeuvrés  ou de ratés alors que nos jeunes ont besoin d’amour et de compréhension. Il ne faut pas oublier que
la majorité des jeunes délinquants sont tous des victimes des maux sociaux. Malheureusement  nos jeunes naïfs ne peuvent pas évoluer  dans un milieu pourri où la corruption a touché tous les niveaux de l’Etat.

.  En effet, l’honnête  jeune citoyen pleure en silence contre cette injustice terrifiante et  la  situation est trop grave et toute remédiation demeure vaine, car le mal est enraciné chez ces responsables cupides, véreux et inhumains. Des responsables qui exigent des sommes  d’argent comme avance pour accepter les demandes de travail ou les demandes de crédit pour la création de micro entreprise. Il a été constaté que ce sont  les enfants des riches qui ont bénéficiés  de cette aide, quant aux enfants des pauvres ils ont un grand handicap « l’apport initial » .Comment  exiger une somme de 200.000.dinars pour un jeune diplômé issue d’une famille pauvre ? La réponse est simple ce projet destiné à l’aide des
jeunes n’est qu’une façon de faire de nos jeunes des victimes d’une guerre à laquelle ils n’ont pas participer. C’est aussi les condamnés à fuir la vie du travail et de rechercher refuge dans la drogue ou l’alcool. Si non, ils vont divorcer avec cette vie pour essayer de gagner l’autre vie et ici le champ est trop miné et risque de les faire basculer dans la haine et la violence et finira de faire d’eux des révoltés armés à la recherche d’un billet vers le paradis.

Il est temps pour nos responsables à chercher les causes réelles de ce fléau social qui ne cesse de pousser chaque année des milliers de nos enfants à vouloir tenter la chance de quitter ce bled où les enfants des pauvres n’ont que la tombe à côté .tandis que les enfants des militaires et des ministres ont tout. Ce n’est plus acceptable de voir des adolescents des riches conduirent des bolides qui coûtent  des milliards, alors que le fonctionnaire le mieux rémunéré ne pourra offrir à son fils un vélo. On se demande dés fois est ce que nos responsables sont au courant vraiment de ce que endure un père de famille qui touche dix mille dinars par mois ?. Pour quoi cette fuite en avant et pour quoi nos jeunes sont devenus  si vieux ? Pour quoi nos jeunes n’ont confiance en personne et n’iront ni voter ni aller demander
du travail ? Ils sont saturés par des promesses non tenues et ils ne croient plus aux histoires de l’Ogresse et du Père Noël. Les jeunes d’aujourd’hui sont des cadavres ambulants, qui dorment le jour et jacassent la nuit. Des êtres vidés de tout bon sens et qui sont capables de commettre différents délits pour vivoter. Les jeunes ont perdu tout espoir et savent que demain sera fait
d’hier et n’ont qu’une prière celle de quitter ce ghetto pour respirer l’air de la liberté loin  des parents possessifs et exigeants. Les jeunes d’aujourd’hui ont compris qu’ils ne seront  jamais compris.

Cependant., la bataille n’est pas finie et l’espoir n’est pas enterré  et nous pouvons sauver les générations futures. L’essentiel de notre tâche reste basé sur la formation  des assistants sociaux, qui auront l’avantage de surveiller les enfants qui ont des difficultés de  suivre à l’école et d’essayer de déceler les causes de ces perturbations .Car il a été prouvé que les foyers où il y’a quotidiennement des disputes poussent les enfants à la délinquance.
Nous pouvons  aussi alléger le nombre d’élèves en classe en construisant de nouvelles écoles
et en recrutant de nouveaux instituteurs et nous rendant  ainsi un grand service à nos sœurs et frères les instituteurs qui souffrent à faire passer  le message au milieu de 35 à 45 élèves, alors que le nombre ne doit dépasser 25 élèves par classe de cour. Ajoutant à ces contraintes le nouveau programme qui a déboussolé un grand nombre d’enseignants et nul n’a osé dire que les concepteurs de ce programme nagent dans le vide et ont fait perdre toutes les connaissances que nos enseignants avaient. Il est a noté le manque de moyen de loisir et de culture, car c’est avec la lecture, le théâtre et la musique que nous enfants pourront développer le sens de la responsabilité, la distinction entre le  bien et le mal  et surtout l’amour de la patrie mère l’Algérie. C’est en ancrant les bonnes valeurs  chez nos écoliers que nous réussirons  à faire d’eux des bons citoyens. Il est en effet primordial de prendre en charge nos enfants et de leurs inc
ulquer les bonnes manières et les diriger et les soutenir pendant tout le cursus scolaire et de les orienter selon leur compétence et non selon la politique du quota. Beaucoup d’élèves ont échoué au secondaire suite à une mauvaise orientation. Il y’a aussi l’incompréhension de certains parents qui n’acceptent pas d’orienter leurs enfants à la formation professionnelle
et qui souvent seront déçus par l’échec scolaire de leurs enfants et surtout le refus de ces derniers à trouver un emploi quelconque, car ils se croient instruits . Pour finir nous lançons un appel à Monsieur le Ministre du travail et de la solidarité pour qu’il mette fin à tout ce malaise social en aidant les enfants des pauvres à bénéficier des aides de l’Etat dans le domaine de l’emploi. Pour conclure, nous dirons qu’un Etat est fort par ses hommes et non pas par ses richesses.

BOUTARAA-Farid

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux