RSS

Zoubeida Mameria -Fragments d’histoire et brins de croyances

9 juillet 2012

Zoubeïda Mameria

Zoubeida Mameria -Fragments d’histoire et brins de croyances  dans Zoubeïda Mameria culture5_504026_465x348-9e188-300x224

samedi 25 juin 2011

Dans le cadre de la manifestation « Tlemcen , capitale de la culture islamique », les éditions APIC viennent de publier un recueil de nouvelles intitulé Fragments d’histoire et brins de croyance, de l’universitaire Zoubeida Mameria.

Fragments d’histoire et brins de croyances est un ensemble de dix-huit nouvelles s’étalant sur 144 pages. Dans une écriture simple et aérée à la fois, l’auteure Zoubeida Mameria se fait le devoir de raconter une région et ses gens. Elle restitue la parole des lieux et des hommes. En quatrième de couverture, il est indiqué : « La région dont elle vous parle existe toujours et si vous voulez bien la connaître, faites donc un tour dans son histoire ! Fragments d’un passé lointain ou tout proche, cette histoire évacue la gravité d’une science austère pour rester humaine et sensible. Quête inassouvie, elle part à la recherche de l’anecdote afin de comprendre les codes d’une époque. »

Tous à l’école est une nouvelle pathétique où des souvenirs d’enfance reviennent tel un leitmotiv. Zoubeida Mameria se souvient de sa première rentrée à l’école française. Accompagnée de sa sœur aînée voilée, elle portait ce jour-là des sandales rouges. Sa tête était encadrée de deux longues tresses, couverte d’un chapeau de paille décoré d’un pompon rose. Sa robe vert clair lui allait aux genoux. L’enfant n’est pas acceptée à l’école à cause d’une pièce justificative prouvant son existence. Après avoir obtenu le document émanant de l’état civil, l’enfant retourne à l’école.

Bouillon de cultures

« Pour moi, l’école se résumait à cette relation scandée par la règle, à cette ambiance faite de gestes, de murmures, de mots incompréhensibles, de va-et-vient de la table au piquet… Maintenant que je parle de cette scolarité comme un souvenir, je dois dire que durant toute cette période, je faisais un va-et-vient entre deux cultures. Je m’arrangeai pour que la frontière restât intacte. Mon arabité et mon islamité étaient intactes devant les multiples miroirs fascinants de la culture scolaire. » Dans la nouvelle Les oliviers des deux saints et la khaloua, le lecteur est invité à découvrir la butte aux deux saints, un lieu de prédilection de Saint Augustin de Thagaste dans ses heures de méditation. Il est à noter que Zoubeida Mameria est née à Souk Ahras.

Titulaire d’une licence et d’un magistère en littérature, elle fut d’abord enseignante puis chercheur et cadre supérieur au ministère de la Culture à Alger. Elle compte à son actif plusieurs publications dont des écrits en direction de la jeunesse ainsi qu’un roman L’envers de la médaille, publié en 2009 par les éditions Lazhari Labter.

Nacima Chabani

http://www.souk-ahras.info/news/spip.php?article379

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Les livres de K79 |
liremapassion |
Le phaéton véloce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des histoires plein la tête.
| Oaristys
| jonathanjoyeux